Le photographe russe Vladimir Migutin s’est récemment aventuré dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, armé d’un appareil photo infrarouge de Kolari Vision. Les 2 500 km carrés qui entourent la centrale nucléaire de Tchernobyl sont un étrange espace de transition. Un endroit où, 30 ans après les retombées, les humains restent à l’écart, mais où les animaux et la nature continuent d’évoluer.

À l’aide d’un appareil photo à spectre complet et d’un filtre infrarouge de 590 nm, Migutin a documenté cet environnement incroyablement surréaliste. Étonnamment, il ne ressentait pas une atmosphère mélancolique lorsqu’il errait dans la région, là où une telle tragédie s’était produite. Au lieu de cela, il a été transporté dans une « sorte de ‘paradis’ sur une autre planète. »

En utilisant un filtre infrarouge, la vision de Migutin sur Tchernobyl prend un air éthéré. La machinerie abandonnée est entourée d’une forêt de couleur rose tandis que Simon, un renard accueillant, fait son portrait sur fond d’arbres blancs. La photographie infrarouge de Migutin rend l’invisible comme quelque chose de nouveau, baignant le paysage abandonné dans une lumière qu’on ne voit pas normalement.

La visite de Migutin à Tchernobyl est un rappel de la résilience de la nature, ainsi qu’une mise en garde sur les conséquences des technologies artificielles et sur la façon dont elles peuvent avoir un impact durable sur notre planète.

Grâce à l’utilisation de la photographie infrarouge, Vladimir Migutin nous fait découvrir la zone d’exclusion de Tchernobyl.

Kolari Vision: Website | Instagram | Blog

Publicités

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.