L’insécurité est l’un des plus grands défis à surmonter – avec n’importe quoi.

Si vous écoutez attentivement, chaque fois que quelqu’un dit qu’il ne veut pas faire quelque chose, ou que « ce n’est pas ce qu’il est », il y a souvent une couche d’insécurité sous-jacente qui le retient (même quand c’est dit avec aplomb et arrogance).

Et il y a les gens qui disent: »J’ai vraiment envie de me lancer, mais je ne sais pas, la vidéo n’est pas vraiment mon truc. » Si ce n’est pas le cas, tout va bien. Nous nous exprimons tous différemment. Mais si vous voulez faire quelque chose, ou si vous savez que vous devez faire quelque chose, cela vaut la peine de vous demander d’où vient cette hésitation.

Souvent, c’est enraciné dans l’insécurité.
Quel mot délicat, insécurité.
Insécurité qui vient de loin et pas très loin au final : notre éducation.

Mais l’insécurité, quand on est adultes (on ne peut pas blâmer éternellement les autres de notre manque de courage à faire face à la personne que nous sommes et construisons nous-mêmes), nous l’avons faite passer pour une si mauvaise chose, alors qu’en réalité, cela signifie simplement que vous n’avez pas encore trouvé votre point de départ – et c’est bon, vous n’êtes pas encore « en sécurité ». Et chaque fois que vous commencez quelque chose de nouveau ou que vous sautez dans l’inconnu, vous allez vous sentir dans l’insécurité, comme au-dessus du vide avant de sauter en parachute.

Il faut du temps pour trouver votre terrain.

J’ai manqué longtemps de confiance, comme tout le monde : introvertie, timidité maladive, extrêmement réservée, peur du qu’en dira-ton, etc.

Je ne me sentais pas sûr de ma valeur personnelle parce que je n’avais pas vraiment quelque chose qui me plaisait. Je n’étais pas sûre de quoi que ce soit, rien que je pouvais faire ou exposer au monde n’avait de valeur à mes yeux tant que je n’avais pas obtenu des « accolades », des « c’est top » ou une bonne note.

Et il a fallu faire quelque chose par rapport à chacune de ces insécurités pour que je commence à voir le fil conducteur.
Quand je n’étais pas sûre de ne pas être « incroyable » et que je suis devenue petit à petit « remarquable » pour des petites choses, des petites occasions, j’ai appris quelque chose sur moi-même.

 

Toutes ces expériences où je me suis exposée à l’échec, à l’acte du débutant, et que je me suis entraînée et disciplinée pour être meilleure, j’ai pu être une sportive (quand je pensais que je n’avais pas la volonté ou le physique pour), j’ai pu avoir des postes de responsable, j’ai pu avoir des amis qui disaient de moi que j’étais une personne volontaire et tenace, une professeur de philosophie qui me caractérisait comme un esprit fin, une prof de fac qui m’a reconnu un esprit de chercheuse, un patron qui m’appelait « la dénicheuse », etc.. Toutes ces petites choses m’ont permis de voir comment surmonter l’insécurité.

Le processus est l’auto-compréhension.
Si tu te sens mal à l’aise, vas-y, fonce !

Sortez de votre zone de confort et explorez ce territoire qui vous fait vous sentir « étrange », ou vous donne l’impression de ne pas être « assez bon », ou pas légitime. Parce que quand, d’une certaine façon, vous « devenez » la chose même que vous n’étiez pas sûr auparavant de pouvoir être, vous apprenez à l’être Vous vous donnez le pouvoir de la connaissance et vous ne regardez plus jamais de la même façon cet objectif, cet accomplissement.

Tout grand a été petit un jour. Tout champion a débuté.
Et sur le chemin pour acquérir la connaissance et la maîtrise, vous trouvez, soit votre voie, soit vous réalisez que ce n’est pas un vrai objectif de vie pour vous-même.

Les gens sont intimidés quand ils voient quelque chose qu’ils ne comprennent pas. Ils craignent ce qu’ils ne connaissent pas.

L’insécurité, par définition, signifie que vous êtes en territoire étranger.

Dans cette optique, la solution pour surmonter l’insécurité est donc le savoir. C’est de l’exploration de soi. Vous apprenez l’acceptation en vous permettant de toucher, de sentir et d’expérimenter ce que vous craignez.

Et quand vous émergerez de « l’autre côté », vous ne vous sentirez plus menacé.

Parce que vous comprennez cet inconnu qui n’est plus si effrayant ou inquiétant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.