On croit que les coups durs dans la vie sont comme un choc violent qui altère la qualité de ce qu’on est, comme si tomber, se tromper, se désillusionner nous infligeait des points qui nous font passer de l’état neuf à l’état d’occasion : l’usure qui retire de la valeur à ce qu’on est.

Mais sommes-nous à l’usage de quelqu un, de nous peut-être, mais des autres ? Uniques nous sommes et nous restons. Mais nous évoluons. Ceux qui se lassent de nous s’éloignent pour laisser la place à d’autres rencontres pour lesquelles nous sommes comme neuf.

S’il y a un peu d’espoir à comptabiliser les épreuves de la vie, on le trouve ici, dans cet état où nous ne sommes rien de moins qu’un unique, une nouveauté pour le prochain qu’on rencontrera.

Quant à se vexer d’avoir abîmer un objet, la déception ne dure que le temps d’en acheter un nouveau. 
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.