La jeunesse, c’est le sourire et l’espoir ; la vieillesse, c’est la douleur et la peine pendant que vous comptez les jours jusqu’à la fin ?
Ou bien, la jeunesse, c’est l’illusion des grandeurs quand la vieillesse c’est s’être habitué à l’acidité du citron qu’est la vie ?

Il est prouvé qu’on est plus heureux vieux ! Ils se réjouissent plus simplement, plus facilement, ils n’estiment pas que l’état de bonheur n’est conditionnel d’une totalité d’émotions positives : c’est un état général choisi et mesuré.

Quand on est vieux, les jours étant moins nombreux que jamais, il est normal de faire ce qu’on veut, quand on veut : faire ce qu’on a envie de faire !

Ces choses qui nous rendent heureux ? Il faut les faire.

Nous considérons les personnes âgées comme faisant partie de leur mode de vie. Essayer de leur faire faire faire quelque chose de nouveau semble impossible. Mais si au lieu d’être une faiblesse, c’est une force ?

Les personnes âgées savent ce qui les rend heureux. Et ils font ainsi. Les personnes plus âgées ratent souvent de nouvelles choses. Ca peut sembler ennuyeux. Mais le « nouveau » déçoit souvent : on entoure souvent les choses inconnues d’un nuage rose, supposant que « c’est génial ». Mais si votre but est d’être heureux, alors pourquoi ne pas faire ce que vous savez qui fonctionnera dans ce sens?

Et si on choisissait d’être « heureux magré », plutôt que heureux « si seulement » ?

Nous pensons que nous serions « heureux si seulement » toutes les mauvaises choses disparaissaient. Et c’est ridicule. Les personnes âgées savent qu’il y aura toujours des défis dans la vie – mais elles choisissent d’être  » heureuses malgré tout « . Et ça marche.

La gratitude fonctionne du tonnerre

La recherche montre que la gratitude nous rend vraiment heureux. Lorsque nous prenons du recul par rapport à la prise pour acquis et à la parade sans fin des désirs et des besoins, nous avons envie d’apprécier ce que nous avons, ce qui nous remplit de joie.

En prenant le temps de se réjouir et se satisfaire de ce qu’on a, on laisse peu de place à maudire ce qui cloche ou manque. Même de l’ennui et du vide on peut se réjouir : c’est un état de liberté qui nous appartient.

Ce qu’il y a d’étonnant dans la gratitude, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’obtenir ou d’accomplir quoi que ce soit pour la ressentir. Il suffit d’un changement de perspective. On peut la sentir tout de suite si on veut.

Trouver un but : le bonheur réside dans l’accomplissement

Comme le dit le vieux dicton : « Tu ne t’ennuies pas. Tu es ennuyeux. » Si vous n’avez pas quelque chose qui vous passionne, quelque chose qui vous fait avancer dans la vie en ce moment – eh bien, vous n’allez probablement pas le découvrir soudainement quand vous serez à la retraite….

Mais si vous n’avez rien qui vous excite avant d’atteindre 80 ans, ne vous inquiétez pas – vous n’en verrez probablement jamais 80. Les gens qui ont un but dans la vie ne sont pas seulement plus heureux et en meilleure santé – ils vivent plus longtemps.

Qu’est-ce qui vous motive ? Qu’est-ce qui vous inspire ? Nourrissez-le maintenant et récoltez les bénéfices plus tard. N’ayez pas de passe-temps – ayez des passions.

Investir dans les bonnes relations

L’avantage c’est que la valeur monte avec le temps et qu’il y a tellement peu de vraies relations qui en valent la peine que c’est un investissement très futé qui rapporte gros.

Pour compléter votre cercle d’amis, prenez des auteurs et lisez : celui qui vous fait frissonner, celui qui vous fait rire, celui qui vous fait voyager. Les livres, comme la musique sont des refuges fantastiques.

 

Publicités

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.