Le film expérimental de Giada Ghiringhelli explore les possibilités créatives avec des projections stroboscopiques sur la forme humaine :

 

Pendant un instant, je le suis.
La lumière me touche doucement et je vis, éclate et brille.
Cette dérive constante, irréversible, rythmique, de l’être vers le non.
Il ne reste que les souvenirs.
Échapper aux désirs.
L’amour et la douleur.
Je n’ai qu’un instant de vie.
Alors s’il vous plaît.
Ce film est une ode au rythme de l’être

Voir son site et les prix remportés.

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.