Ce détournement, initié en mars 2014, 70 ans après la construction des blockhaus par l’armée allemande dans les dunes de Flandre, s’inscrit dans la tradition du Land Art mais avec une dimension esthétique et politique qui lui est propre.

Cette architecture lourde, massive, presque immobile devient une surface mouvante qui, à chaque minute, change d’apparence en reflétant le ciel et le paysage. Le miroir, ici, est utilisé comme un langage plastique.

Cette seconde peau fait passer l’ombre à la lumière.
Ces bâtiments abandonnés, dénués de statut, sont à l’image de l’Histoire qui les a créés, écartés de la ville et de la mémoire.
Il est urgent de rendre à ces vestiges la visibilité qu’ils ont perdue, à notre époque où l’extrémisme menace.
Ainsi le miroir donne au présent la forme spectrale des revenants, d’un passé qui revient au présent ; il rend vivant.

Anonyme a camouflé joliment la verrue de l’histoire en la rendant inratable, lumineuse, attirante et rayonnante.

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.