Le coton tue. Mais la raison pour laquelle il s’agit du matériau le plus mauvais pour les vêtements d’extérieur est aussi ce qui lui permet d’être l’un des meilleurs. Voici pourquoi il pourrait remplacer le Gore-Tex dans votre garde-robe.

Le problème avec le coton

Les fibres de coton sont creuses et les particules dont elles sont faites portent une charge négative. Les molécules d’eau sont chargées positivement, donc elles remplissent ces fibres creuses, puis y restent. C’est pourquoi le coton peut absorber jusqu’à 27 fois son poids en eau, et pourquoi il faut une éternité pour le sécher. Et parce que l’eau évacue la chaleur du corps 25 fois plus vite que l’air, avoir toute cette eau coincée à l’intérieur de vos vêtements peut mener à l’hypothermie, même par temps relativement doux.

Ça craint un peu, parce que, comme nous le savons tous, le coton est incroyablement confortable lorsqu’il est sec et peut être produit dans une large gamme de poids et de styles. Le T-shirt que vous portez en ce moment est léger et doux. Vos jeans sont lourds et résistants.

L’huile et l’eau ne se mélangent pas

Il y a des centaines d’années, les marins ont remarqué que les voiles mouillées capturent le vent plus efficacement que les voiles sèches. Le remplissage des fibres du tissu de la voile avec de l’eau empêchait le vent de souffler. Mais les voiles mouillées étaient aussi extrêmement lourdes, et il pouvait être impossible de les garder humides par temps sec. Alors, ils ont commencé à les frotter à l’huile de poisson, de la graisse et d’autres choses du genre. Cela a créé un tissu capable d’arrêter le vent, mais qui est resté relativement léger et qui maintenait ce traitement coupe-vent pendant longtemps.

Ce même tissu de voile coupe-vent, assez léger et durable perd de l’eau. Ce qui en a fait de jolis vêtements pour la haute mer : ces mêmes marins du XVe siècle utilisaient des restes de voiles pour fabriquer des vêtements d’extérieur.

Parce que l’huile de poisson sent, eh bien, l’huile de poisson, l’huile de lin est devenue l’incontournable pour les vêtements en toile cirée. Mais ce n’était pas parfait non plus, car il se raidissait et se fissurait dans le froid, fondait les jours de chaleur, et se décolorait avec l’âge, de clair à jaune. (C’est pourquoi dans les vieux tableaux de pêcheurs portent tous des vêtements jaunes).

Puis, en 1830, un chimiste allemand découvre qu’il peut transformer une cire de pétrole en huile de lubrification. Cette cire de sous-produit était inodore, incolore et son point de fusion pouvait être modifié par des additifs. Depuis, la paraffine a été utilisée pour enrober les meules de fromage, sceller les contenants alimentaires et fabriquer de la gomme à mâcher, des bougies, des crayons et même du combustible solide pour fusée. Parmi ses nombreuses utilisations, il pourrait aussi imprégner le tissu. Et le plus important, c’était incroyablement bon marché.

Tout d’un coup, les fabricants de vêtements avaient une substance idéale pour enduire la toile qui était plus stable que l’huile de lin. Le coton ciré était né.

Imperméable à l’eau et respirant

Il est tout aussi important pour les vêtements d’extérieur de laisser la vapeur d’eau, la sueur et l’humidité s’échapper pour empêcher la pluie de pénétrer. C’est pour ça qu’on ne porte pas tous des costumes en caoutchouc quand il fait mauvais temps. Heureusement pour nous, les gouttelettes d’eau sont relativement grosses par rapport aux particules de vapeur d’eau, de sorte que des trous microscopiques peuvent être utilisés pour laisser passer ces dernières, tout en faisant rebondir la pluie.

C’est le principe fondateur des membranes imperméables à l’eau, dont la première, Gore-Tex, a été inventée en 1969. On a employé un fluoropolymère étiré avec neuf milliards de pores par cm carré pour faire des vêtements de pluie dans lesquels vous pourriez transpirer, confortablement.

Comme décrit ci-dessus, le coton ciré a fini par atteindre une fonction similaire presque par accident. En frottant le tissu des voiles avec de l’huile, ces marins du 15e siècle imprégnaient les fibres d’un matériau imperméable au vent et à l’eau. Tissées serrées, ces fibres maintenant imperméables étaient assez proches les unes des autres pour bloquer les gouttes de pluie, tandis que les espaces microscopiques entre elles permettaient à la vapeur de sueur de s’échapper.

« La cire n’enduit pas les fibres, elle les remplit », explique Judy Martin. Son entreprise familiale, Martin Dyeing and Finishing, est le premier fournisseur de tissus de coton ciré de fabrication américaine depuis 1930. « C’est pour ça qu’on ne cire pas la toile de jute. » Le tissu de coton ciré doit avoir un tissage assez serré pour que les fibres maintenant imperméables bloquent la pluie.

La raison pour laquelle le coton ciré fonctionne si bien est que ses fibres creuses, qui sont par ailleurs si problématiques pour leur propension à absorber l’eau, sont capables d’être remplies de cire et de s’y accrocher, ce qui rend les fibres elles-mêmes étanches à l’eau. Martin applique la cire sur le tissu tissé suffisamment serré pour que la proximité des fibres maintenant imperméables empêche les gouttelettes de pluie sur la surface.

Le coton ciré dans le monde réel

Prenez un vêtement en coton ciré dans un magasin, et la première chose que vous allez remarquer est qu’il est plus lourd et plus rigide que ce à quoi vous vous attendez. En remplissant les fibres de coton, la cire les rend moins flexibles et ajoute du poids. Les poids des tissus sont mesurés en grammes par mètre carré. Martin dit qu’une toile de 420 grammes, une fois cirée, pèsera 560 grammes. (Lourd, mais beaucoup moins que le multiplicateur de 27 que vous devez utiliser pour calculer le poids de l’eau qu’un vêtement en coton peut supporter).

La rigidité est difficile à quantifier, mais les vêtements en coton ciré plus lourds sont réputés pour leur capacité à se tenir debout tout seuls, lorsqu’ils sont neufs. Tout comme le cuir, le coton ciré est un matériau qui s’améliore avec l’âge et l’usure. Une veste rigide sur une étagère de magasin, s’assouplit et s’adapte à votre corps à mesure que vous la portez. C’est la façon la plus rapide de « briser » la matière.

Tout comme le cuir, le coton ciré développera une patine et une coupe qui vous ressemblera pendant des mois. Il est capable de durer des décennies avec une utilisation régulière. (ce qui me rappelle les jeans, les meilleurs jeans au monde).

Vous voulez la durabilité du coton ciré dans une forme plus légère, plus technique et plus moderne ? Fjallraven fabrique beaucoup de ses produits à partir de G-1000, un mélange de polyester ciré et de coton.

Regardez une vieille veste en coton ciré et vous remarquerez des  » fissures  » distinctives qui la traversent. « Quand on plie du coton ciré et qu’il change de couleur, on voit les fibres de coton sans cire », dit Martin. Elle explique que sa société teint généralement les tissus moitié moins foncés qu’elle le souhaite avant de les cirer, puis la cire elle-même ajoute la teinte supplémentaire. La seule exception est le tissu noir, qui reçoit de la teinture noire plutôt que grise, et sur lequel vous ne remarquerez pas autant d’éclaircissement dans les plis.

Au fil du temps, avec l’exposition au soleil chaud et à la pluie battante, la cire imprégnée commencera éventuellement à s’écouler des fibres de coton, ce qui nécessitera une nouvelle application. Ainsi, tout comme le cuir, le coton ciré nécessite un peu d’entretien. Heureusement, la cire est une substance facile à travailler. Il suffit d’acquérir une boîte de n’importe quelle cire utilisée à l’origine, de la chauffer dans une casserole d’eau chaude, puis de la frotter sur le tissu. Un sèche-cheveux ou un pistolet chauffant peut aider à faire fondre complètement l’excédent et à le répartir à travers le tissu.

Vous pouvez également appliquer de la cire à vêtements – le Martexin de Martin est une bonne option – sur des vêtements en coton non traités à l’origine. Il suffit d’être minutieux dans votre application si vous voulez atteindre un degré significatif de protection contre les intempéries, puis assurez-vous de tester le résultat avant de devoir vous fier à elles. Comme tout ce que vous pouvez à la fois faire et acheter, les résultats produits en usine ont tendance à être plus constants que les alternatives maison, surtout lors de votre premier essai.


Filson fabrique une large gamme de vêtements et d’accessoires en coton ciré pour hommes et femmes. (Filson)

Ancien contre nouveau

Que vaut le coton ciré comparé aux membranes high-tech, respirantes et perméables à l’eau ? D’une certaine façon, cela fonctionne mieux et, d’une certaine façon, c’est pire. En fin de compte, il y a probablement de la place pour les deux dans votre vie.

Les principaux avantages du coton ciré sont l’apparence et la durabilité. La plupart des vêtements fabriqués à partir de ce matériau remontent à une époque – la fin des années 1800 et le début des années 1900 – alors qu’il était d’usage courant, et sont donc à la mode rétro. Et il reste populaire dans le monde des sports de terrain et sinon en mode fantaisie. La toile lourde qui est typiquement utilisée est également forte et résistante aux perforations et à l’abrasion. Cela la rend assez efficace pour repousser les branches d’arbres tranchantes, ou même les accidents léger de scooter. Contrairement à votre veste textile fantaisie, elle est également imperméable aux braises volantes provenant d’un feu de camp. Votre vêtement fantaisie a une durée de vie d’usage de cinq ans, si vous l’utilisez souvent. Mais il peut durer 20 ans.

Là où le coton ciré ne rivalisera jamais avec une combinaison technique résistante, c’est le poids et la liberté de mouvement. Les vêtements en coton ciré sont mesurés en livres, alors que les pièces techniques modernes ne sont généralement que quelques centaines de grammes. Les dernières membranes imperméables et transpirantes sont maintenant extensibles en quatre directions ; le coton ciré se plie à peine, sans parler des mouvements sur vous.

Qu’en est-il de la capacité très importante de garder la pluie à l’extérieur, tout en restant respirant aussi efficacement que possible ? Jusqu’à récemment, on pouvait dire, soit l’un soit l’autre. Le coton ciré se passe du tissu d’apparence mouillé qui était typique des combinaisons rigides pendant des décennies, mais les innovations récentes – de meilleures finitions DWR et les technologies de membrane à l’extérieur comme celles utilisées dans la veste Columbia OutDry – ont amélioré considérablement la résistance aux intempéries. Les dernières membranes ultra-respirantes – Polartec NeoShell, Gore-Tex ShakeDry, Dermizax NX – sont aussi ridiculement respirantes. Mais un morceau de coton ciré décent est au moins aussi confortable à porter qu’une combinaison rigide peu coûteuse, comme le Marmot Precip, même s’il pèse quelques centaines de grammes de plus.

Bien sûr, tous les mérites du coton ciré nécessitent un entretien. Vous devez réappliquer de la cire chaque année, bien que vous devriez probablement laver les huiles de vos combinaisons techniques, et réappliquer leurs DWR, à peu près à la même fréquence. Prenez un manteau ciré négligé et il vous laissera tomber comme une veste technique avec tous ses pores obstrués par la graisse et la fumée.

En raison de leur nature rétro, de nombreuses pièces de coton ciré sont également handicapées par des doublures de coton non ciré qui ruinent l’ensemble de la matière en emprisonnant la sueur à côté de votre corps et en bloquant la respirabilité. Mais vous pouvez opter pour le tartan d’un Barbour si la sensation de cire sur la peau ne vous dérange pas. Tout comme avec les vêtements techniques modernes (les vêtements de plein air), une approche de couches et sous-couches appropriées fonctionne mieux. Les long johns en mérino, et une couche intermédiaire isolante, fonctionnent aussi bien sous coton ciré que sous tout ce que fait Arc’Teryx. Ici, vous n’aurez pas l’air d’un renégat d’une station de ski lors d’une soirée en ville.

Et le wax dans tout ça ?

Il s’agit d’un coton ciré également mais à motifs, et des deux côtés ! Le plus grand fabricant est Vlisco.

Le wax vient d’une méthode indonésienne pour fabriquer le batik, un coton à motif qui utilise la cire pour créer ces motifs.

Un excellent article vous en parle ici.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.