« Voici le temps qu’il faut pour créer un monstre. Je ne me souviens pas d’avoir eu peur des monstres quand j’étais enfant, alors mon design est d’une simplicité enfantine : j’ai commencé avec un gribouillis », dit le designer néerlandais Maarten Baas, l’un des 16 créatifs à qui le fabricant de verre tchèque Lasvit a demandé de penser « monstre ». La transformation de ces sombres imaginations en verre de Bohème, cependant, a pris presque deux ans. Le projet est finalement dévoilé au Salone del Mobile au Teatro Gerolamo de Milan, un théâtre de marionnettes néoclassique, où il a reçu le prestigieux Milano Design Award pour la meilleure installation, interprétant un design contemporain et une vision conceptuelle future.

BHSD, par Maarten Baas. Basé sur un gribouillis enfantin, les créatures en verre moulé de Baas s’inspirent des fossiles imaginaires de petites bêtes.

Conçu par le stratège en design créatif Stephan Hamel et le fondateur de Lasvit Leon Jakimič, le projet a livré une famille diversifiée de monstres, d’un miroir incrusté d’yeux par le couturier parisien Maurizio Galante à un portrait menaçant de vitrail par l’artiste octogénaire Vladimír Kopecký. Huit des pièces seront des éditions limitées, celle de Kopecký sera une pièce unique, tandis que d’autres seront plus largement disponibles. Tous forment la collection Lasvit Monster, qui sera mise à jour chaque année avec les contributions de nouveaux artistes.

Chaque culture et chaque individu perçoit le concept de « monstre » différemment « , dit-il ”. Ils nous effraient, mais aussi nous ouvrent l’esprit, nous rappelant nos propres limites et nos peurs intérieures. La question de ce qu’est vraiment un monstre devient réelle à travers ces œuvres d’art ».

Wallpaper

 

 

Laisser un commentaire