Le projet Hacktivism de vtol est un appareil portable pour distribuer des informations sur des zones avec wifi gratuit :

Ce dispositif réseau multifonctionnel permet une activité autonome en milieu urbain. Sa principale fonction est de faire la propagande de l’usage du free wifi : une réponse DIY d’hacktivisme pour toucher les autorités qui se servent de nos données.

Le projet sert d’exemple de l’opposition possible et de la décentralisation des réseaux pour assurer les communications et fournir des notifications indépendamment de l’accès à l’Internet mondial ou de l’application de certaines restrictions.

 

Principe de fonctionnement :



En tapant le texte sur le clavier, on peut à tout moment créer/changer des noms de réseau, en utilisant l’alphabet latin ou l’alphabet cyrillique. Cela permet aux noms de réseau réels de servir de moyen de transmission d’informations spécifiques : messages personnels, appels à l’action, devises, notifications ou toute autre déclaration. Comme tous les smartphones, tablettes et ordinateurs de pointe sont équipés de modules Wi-Fi, il est fort probable qu’un tel message puisse être lu dans un rayon allant jusqu’à 100 mètres, en fonction de l’espace réel. Chaque nom de réseau peut avoir jusqu’à 32x symboles, et si les trois réseaux sont utilisés – 96 symboles. De plus, dans les endroits bondés (par exemple, le métro), de nombreux utilisateurs recherchent constamment des réseaux, et comme il y a généralement peu de réseaux externes, il est fort probable que de nombreuses personnes verront le message lorsqu’elles choisissent une connexion alors qu’elles sont sous terre.

Si l’utilisateur est connecté à l’un des réseaux (aucun des réseaux n’a de mots de passe), alors la page captive (page d’accueil/page d’enregistrement) saute aux yeux de l’utilisateur. Cette page peut avoir n’importe quel contenu délibérément assigné, et entre autres, mener à d’autres pages situées sur les serveurs autonomes des trois hotspots. Cela permettra de livrer de vastes volumes d’information, constituant un Internet autonome à toutes fins utiles. Le texte d’A Cyberpunk Manifesto de Christian Kirtchev (1997) est placé sur la page de démonstration utilisée dans la documentation vidéo.

L’appareil se compose de trois points d’accès Wi-Fi autonomes basés sur la puce esp8266 et la carte Arduino Mega, qui est le cerveau central du système. L’appareil est également équipé d’un clavier pour la saisie de texte et d’un écran OLED pour la commodité d’utilisation. Il peut fonctionner sur la base d’une batterie intégrée (jusqu’à huit heures) ou de n’importe quelle charge de batterie/téléphone.

Plus d’infos ici

Source : vtol.cc

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.