Si les signes d’humanité de l’artiste barcelonais Guim Tió « Unreal Spaces » sont minuscules, ils sont les seuls à retenir l’attention du spectateur.

Tió a peint des totems au milieu de vastes paysages : une bouée rouge vacille dans un lac sombre, au début d’un fjord, une figure contemple le ciel et la mer. Plutôt que d’être englouti par les scènes sublimes, ces totems sont des points de couleur qui attirent votre regard, à la fois anonyme et familier.

« La maison, les étoiles, le désert, explique Tió, ce qui les rend beaux, c’est quelque chose qu’on ne peut pas voir ». De manière intrigante, Tió ne présente jamais plus qu’une figure singulière dans cette série – ce qui permet d’interpréter les tableaux comme des moments de tranquilité ou de solitude paisible.

« La maison, les étoiles, le désert…. ce qui les rend beaux, c’est quelque chose qu’on ne peut pas voir. »

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.