Publicités

Archives quotidiennes : 26 mai 2018

Travaillant avec une patience infinie, l’artiste japonais Manabu Ikeda passe des années à créer des dessins à la plume et à l’encre à grande échelle. Ses chefs-d’œuvre élaborés, qui sont présentés un à la fois, sont une chasse au trésor visuelle. Il est possible de passer des heures à regarder chaque centimètre des pièces d’encre d’Ikeda, avec de nouveaux détails émergeant au fil du temps. J’y trouve quelque chose d’apaisant et de stimulant à la fois : Ikeda met son énergie dans un dessin à la fois, sectionnant chaque morceau du panneau en petites zones. Dans ce dessin de 2006, Histoire de l’ascension et de l’automne, l’homme et la nature s’entrelacent sur un panneau 6.5′ x 6.5′′. Dans l’œuvre complexe, les pagodes sont empilées précairement les unes sur les autres, certaines encore en construction, tandis que d’épaisses branches s’enroulent dans toute l’architecture. Des rails de train fantastiques font monter la…

Lire la suite

Après avoir passé 30 ans à voyager autour du monde, le photographe belge Serge Anton a certainement vu beaucoup de visages. Intrigué par la nuance et l’âme des gens qu’il a rencontrés au cours de ses voyages en Asie et en Afrique, Anton a commencé à capturer ces expressions exotiques à travers des portraits artistiques. Le résultat est Faces, un livre de photographie qui capture, sans mots, l’esprit universel des cultures du monde entier. Il est intéressant de noter qu’Anton se spécialise dans l’architecture et la photographie d’intérieur ; pourtant, il montre ici son habileté à photographier des portraits intimes. Sa maîtrise du portrait vient d’années de fascination pour la nature humaine, quelque chose qui a été cultivé dès le plus jeune âge. « Depuis mon enfance, j’ai été fasciné par les visages », écrit Anton dans l’avant-propos de Faces. « Je continue de les observer, d’essayer de les lire, de comprendre et de…

Lire la suite

Les États-Unis sont censés être un refuge sûr pour les personnes fuyant la persécution. Mais les demandeurs d’asile font face à des années d’incertitude lorsqu’ils arrivent. Je choisis l’Ethiopien déporté en Érythrée à cause de sa nationalité. Je continue mais je suis prête à abandonner pour voir ce qu’il se passe. J’ai continué, et me voilà au Mexique, puis au US, en détention… Puis je passe dans un autre centre de détention dans le New Jersey, dans l’attente d’un avocat. Je finis par me retrouver dans le Bronx, dans un appartement, démuni et seul. Les jours sont longs et passent…. ou rien de ne se passe. Je suis dans la moyenne haute de ceux qui ont résisté : les gens abandonnent au bout de 64 jours et j’en ai « supporté » 350… A vous de jouer : The Waiting Game. Une belle démonstration de storytelling au service du documentaire et du…

Lire la suite

Ce porte-clés ressemble plus à un bijou qu’à un ouvre-bouteille, donc je suppose que nous pourrions le considérer comme un accessoire polyvalent. Une épingle triangulaire maintient la manille fermée, gardant vos clés en sécurité et votre main à portée de main si une bouteille de bière ou de soda non ouverte croise votre chemin. Chaque porte-clés est coupé au millième de millimètre près par l’entreprise familiale J. L. Lawson & Co. Huckberry,

« le tout est différent de la somme de ses parties » La théorie Gestalt (qui signifie « forme » en allemand) définit les principes de la perception visuelle. La loi de la bonne forme (ou prégnance) : le cerveau va tenter de percevoir des « formes justes » dans un groupement plus ou moins aléatoire de parties. La loi de continuité : des points rapprochés sont perçus dans une continuité pour représenter des formes. Loi de la proximité : des points proches vont être considérés comme faisant partie d’une même forme. Exemple d’IBM Loi de similitude : les éléments semblables sont perçus comme appartenant à la même forme (si la distance ne permet pas de les regrouper). Loi de destin commun : des parties en mouvement ayant la même trajectoire sont perçus comme faisant partie de la même forme. Loi de clôture (ou fermeture) : notre cerveau va tenter de combler les vides afin percevoir une forme dans sa…

Lire la suite

Le transport est une grande industrie. Qu’il s’agisse de l’automobile (94 millions de voitures vendues en 2017), de l’aviation (38 milliards de dollars) ou du tourisme (285 milliards de dollars à l’échelle mondiale d’ici 2030), ces industries contribuent à faire passer les gens de A à B. Mais la façon dont ces industries fonctionnent et la façon dont nous accédons et utilisons les transports est sur le point de changer, grâce à la blockchain. Ces cinq sociétés sont en tête d’affiche. 🏃♀🏃♀ Faciliter le covoiturage avec XAIN 💁♂♂ Louer ou emprunter une voiture aujourd’hui repose sur un contrôle centralisé. Cela signifie que les entreprises avec lesquelles vous négociez et acceptez de louer un véhicule (compagnies de location de voitures, assurances, compagnies de covoiturage, propriétaires de voitures individuelles) sont responsables d’être des acteurs dignes de confiance dans l’échange. Cela inclut aussi vous, le locataire potentiel. Ce n’est pas un mauvais système, mais…

Lire la suite

7/7
%d blogueurs aiment cette page :