Utilisant une combinaison de techniques de traitement industriel primitives et modernes, les créatifs explorent les matériaux naturels et les déchets comme point de départ pour de nouveaux projets respectueux de l’environnement. L’utilisation positive des polluants est la clé de l’avenir de la conception durable. Il y a l’exploitation des ressources naturelles et la réduction de la pollution.

L’exploitation des ressources naturelles :

Les concepteurs redécouvrent les éléments de base et utilisent des processus hautement physiques pour transformer les matériaux d’un état à un autre. Des processus simples comme la combustion, l’ébullition, la cuisson et la distillation créent une gamme de matériaux biologiques aux propriétés et qualités esthétiques supérieures. L’exploration et le jeu avec le comportement naturel des différents matériaux permet de façonner, sculpter, récolter et transformer ces ressources de nouvelles façons.

PROJETS INFLUENTS

Ekaterina Semenova: Care for Milk: explorant l’usage des restes de produits naturels, la designer russe Ekaterina Semenova émaille des objets en céramique à l’aide de restes de lait. Elle trempe la vaisselle en terre cuite dans différents produits laitiers ou les applique au pinceau pour créer des finitions brunes uniques.

Talia Mukmel: Terra Cotta 2.2 : Le designer israélien Talia Mukmel fabrique des bols en faisant cuire un mélange de sable et de farine dans un four. Cuit à l’intérieur d’un récipient avec une grille métallique à motifs, le mélange gonfle et éclate à travers la grille pour créer un fini décoratif, granuleux et texturé sur les bols.

Garðar Eyjólfsson, Sulphur Archive : Le designer islandais Garðar Eyjólfsson a créé une gamme de bols et de plateaux en céramique jaune en fondant et en moulant du soufre. Le bas point de fusion du soufre permet de le chauffer et de le verser dans des moules circulaires et ovales fabriqués à partir de papier. Une fois cristallisé, le soufre devient cassant et jaune. Le soufre est également utilisé de façon décorative comme incrustation de remplissage dans la pierre fraisée CNC foncée.

Iceland Academy of Arts, Willow Project: Des étudiants islandais ont créé une gamme de matériaux en ajoutant seulement de la chaleur et de l’eau au bois de saule. Trouvés en abondance en Islande mais souvent négligés en tant que ressource, les élèves ont expérimenté diverses méthodes pour transformer le saule. En brûlant, bouillant et distillant, ils ont produit une écorce molle qui peut être transformée en ficelle, papier et colle. Un charbon de bois peut également être produit, qui peut être utilisé comme pigment, filtre à eau ou absorbeur d’odeurs. Les étudiants ont l’intention de développer davantage le projet.

Ari Jónsson, Biodegradable Algae Water Bottles : Le designer islandais Ari Jónsson a créé un prototype de bouteille biodégradable à base de poudre d’algues rouges. Lorsque de la poudre d’algues rouges est ajoutée à l’eau, le matériau gélifié qui en résulte est assez solide pour être utilisé comme contenant. Une fois vidée de son liquide, la bouteille commence immédiatement à perdre sa forme et à se décomposer en quelques jours. Cette caractéristique utile permet de le jeter sans nuire à l’environnement.

AMAM, Biodegradable Algae Packaging: Le collectif de design japonais AMAM a créé un concept d’emballage sans déchets à base d’agar – une substance gélifiée extraite d’algues marines. Contrairement au plastique, l’agar est un matériau durable et 100% biodégradable.

Thomas Vailly, Reconfiguration d’un arbre : Le designer néerlandais Thomas Vailly a collaboré avec quatre autres designers pour créer des produits et des meubles qui combinent le pin et la résine foncée naturelle. Les designers ont formé divers objets en utilisant le bois d’un seul Pinus Pinaster – une espèce originaire de France – et sa résine, connue sous le nom de poix. Différentes pièces montrent différentes façons d’appliquer la poix – que ce soit sous forme de colle, de revêtement ou de substance solide. Le projet souligne la valeur des matériaux naturels en tant qu’alternative viable aux substances synthétiques.

Floris Wubben, Erosion Set: Le designer néerlandais Floris Wubben grave des motifs et des textures inégales sur la céramique à l’aide d’un chalumeau. Les pièces de céramique humide tournent sur un support rotatif tandis que le chalumeau applique une flamme directement sur la surface. Les couches texturées se développent au fur et à mesure que la porcelaine réagit à la température élevée. Chaque pièce de la collection Erosion est ensuite décorée de glaçures et de couleurs de terre différentes pour mettre en valeur les motifs et les textures individuelles.

La réduction de la pollution :

Les scientifiques, les architectes et les concepteurs réagissent au problème mondial toujours croissant de la pollution et du gaspillage de l’énergie. Les derniers développements en matière de matériaux de construction durables et de surfaces absorbant la pollution façonnent la consommation d’énergie écologique et le contrôle de la pollution.

PROJETS INFLUENTS :

RMIT, Cigarette Bricks : Les chercheurs de l’Université RMIT d’Australie ont conçu un moyen de réduire les déchets en incorporant les mégots de cigarettes dans 2,5 % de la production annuelle mondiale de briques. En tant que déchet, les mégots ont une faible biodégradabilité, et les métaux piégés dans les filtres s’infiltrent dans le sol et les cours d’eau. Les briques fabriquées avec des mégots de cigarettes conservent les propriétés des briques normales, mais se sont avérées plus légères, avec de meilleures propriétés d’isolation. Ils sont également moins chers à produire en termes de besoins énergétiques.

Ciment purificateur d’air : Biodynamic Cement est un ciment purificateur d’air développé et breveté par le fabricant italien Italcementi. Sous la lumière du soleil, le dioxyde de titane contenu dans le matériau transforme les polluants atmosphériques en sels inertes, neutralisant ainsi le smog dans l’air ambiant. Le défi actuel pour l’utilisation réside dans le coût des matériaux, qui est actuellement 45% plus élevé que le béton ordinaire.

BioMason, Biobrick: La start-up américaine BioMason a développé une nouvelle brique écologique à base de sable et de bactéries, inspirée par le processus de calcification. Contrairement aux briques traditionnelles qui nécessitent des jours de cuisson – produisant d’énormes émissions de carbone – les briques biologiques sont cultivées en deux ou trois jours et sont exemptes d’émissions. Les briques absorbent même la pollution, brillent dans l’obscurité et ont des propriétés de changement de couleur.

Sponge Bikini Absorbe la pollution : Le bikini éponge, créé par la firme d’architecture new-yorkaise Eray Carbajo, est fait d’un matériau super hydrophobe et poreux qui repousse l’eau mais absorbe les huiles nocives, contribuant ainsi à faire de la natation une activité écologique. Bien qu’en termes pratiques, la combinaison n’aurait pas un grand impact sur les océans, elle démontre l’efficacité de la conception. Le matériau Sponge est léger, flexible, peu coûteux et inoffensif pour l’environnement. La recyclabilité et l’abordabilité sont des propriétés intrigantes de la technologie, ce qui permet de poursuivre la recherche et le développement dans le domaine des vêtements à technologie propre.

Eponge absorbant la pollution imprimée en 3D : Des chercheurs de l’Université américaine de Washington DC ont créé une structure imprimée en 3D chimiquement active qui est conçue pour atténuer la pollution. C’est la première fois qu’une imprimante 3D commerciale crée un objet avec une chimie active. La matrice contient des particules de dioxyde de titane (Ti02), qui est capable de décomposer les polluants en réagissant avec la lumière naturelle. Avec le développement, les applications pourraient un jour éliminer la pollution de l’air, de l’eau et des sources agricoles.


Levi’s & Evrnu : 100% coton recyclé : Utilisant une nouvelle technologie de recyclage des tissus développée par la start-up américaine Evrnu, la marque de denim Levi’s a créé la première paire de jeans 100% coton recyclé. Les vieux vêtements en coton sont dissous dans une substance cellulosique, puis ré-extrudés en un fil plus fort que les tissus d’origine. L’innovation en matière de recyclage pourrait remplacer la culture traditionnelle du coton à forte consommation d’eau. Cela suggère également un avenir où les textiles ne sont pas régénérés une seule fois, mais plusieurs fois, en réduisant les déchets. La technologie est en cours de développement pour créer un produit final conforme au denim standard Levi’s.

Couleur, matériaux et finition Vue d’ensemble

Les matériaux naturels tels que le bois, la pierre, l’éco-résine et le métal sont rigoureusement travaillés et transformés. Les métaux sont polis et abrasés, tandis que les bois sont pressés, cuits et émaillés. Les surfaces extrêmes sont laquées et émaillées, hautement polies ou grossièrement texturées, montrant des preuves physiques du processus qui a eu lieu.

Des pigments naturels ou des finitions non traitées offrent une palette de terre subtile. Les formes ondulées et les striations organiques aident à définir les formes et les motifs.

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.