L’une des personnes les plus importants de la réalité virtuelle aujourd’hui redéfini à travers son travail les perceptions du médium et de ses capacités. Dans un court documentaire qui s’écoule en un peu moins de trois minutes, National Geographic s’assoit avec Rachel Rossin alors qu’elle explique ses tentatives de livrer un hasard qui imite la vie. L’artiste fait entrer le travail tactile dans le monde numérique et tire également des sculptures physiques de ce qu’elle a programmé dans d’autres mondes.

Elle a également travaillé sur une application de VR, « First Look: Artists’ VR”, présenté par the New Museum and Rhizome et l’application a été créée par Eevo.

L’exposition présente une diversité d’approches expérimentales de l’animation numérique en réalité virtuelle. Les six nouvelles œuvres comprennent un mémorial aux victimes de la violence policière (Jayson Musson), un scénario étrange de personnages de jeux vidéo déconstruits (Rachel Rossin), une queer fantasia dans une boîte de nuit industrielle (Jacolby Satterwhite), un labyrinthe en mutation peuplé de personnages tordus (Peter Burr avec Porpentine), une simulation de l’au-delà (Jeremy Couillard), et une plongée troublante dans un monde alternatif où les avatars sont à la fois banals et magiques (Jon Rafman).
(Créé en 2012 et co-organisé par le Nouveau Musée et Rhizome, First Look est un programme de commande et d’exposition d’art numérique.)

Son travail est unique, et il n’y a personne qui s’occupe des développements en RV et en RA comme elle le fait.

Regardez vous-même sur National Geographic, c’est fascinant :

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.