Publicités

Archives quotidiennes : 6 juin 2018

Le test initial a été fait sur un cafard, mais ça a fonctionné. Étudiante diplômée à Stanford, Yeongin Kim avait travaillé avec une équipe internationale de neuroingénieurs sur un projet fou : un nerf artificiel qui agit comme le vrai. Comme les neurones sensoriels présents dans notre peau, le dispositif – qui ressemble à un pansement – détecte le toucher, traite l’information et l’envoie à d’autres nerfs (même si le nerf en aval est dans une jambe de cafard). Bien sûr, l’objectif final du projet n’est pas de jouer avec les cafards pour le plaisir. Au contraire, le nerf artificiel pourrait bientôt fournir aux prothèses un nouvel ensemble de sensations. Le toucher n’est qu’un début : les versions futures pourraient inclure une sensation de température, des sensations de mouvement, de texture et différents types de pression – tout ce qui nous aide à naviguer dans l’environnement. Le nerf artificiel traite…

Lire la suite

Publicités

Angry River est un court métrage en ligne qui utilise des informations de suivi visuel en temps réel pour se transformer en un scénario qui reflète l’intérêt du spectateur. Le projet du cinéaste américain Armen Perian s’articule autour de cinq arcs narratifs différents. Pour déterminer l’intrigue à suivre, le studio de contenu new-yorkais Crossbeat a mis au point une technologie de suivi oculaire qui utilise les webcams des spectateurs pour voir où s’attarde leur intérêt sur le film. Un algorithme personnalisé utilise cette information pour organiser les cinq perspectives de l’histoire en une seule expérience de visionnement homogène qui reflète le point de mire de chaque spectateur. Le résultat est un récit dont l’interactivité est presque invisible. « Regarder quelque chose, c’est encore prendre des décisions, et ce à quoi le spectateur décide de prêter attention, en fin de compte, est le moteur de l’action. Cela change le film qu’ils voient…

Lire la suite

Pentagram est  une agence de design que j’adore : tout ce qu’ils font est vraiment brillant, leur porte-feuille de client est varié, et pourtant TOUT ce qu’ils touchent est fabuleux. Cette fois, j’ai aimé leur idée de donner à la compagnie d’assurance Cytora une identité visuelle animée qui vise à démystifier le fonctionnement de l’entreprise. Cytora est le développeur d’un « moteur de risque » propriétaire qui permet aux assureurs d’évaluer et de tarifer le risque avec une grande précision. Plutôt que de s’appuyer sur la saisie statique des données, l’intelligence artificielle de l’entreprise s’appuie sur des milliers de variables en temps réel pour créer des profils de risque dynamiques pour les entreprises ou les propriétés. Pour refléter cette qualité en constante évolution, les partenaires londoniens de Pentagram, Luke Powell et Jody Hudson-Powell, ont utilisé des visualisations basées sur ces algorithmes pour faire de l’entreprise une identité de marque. Les visualisations se…

Lire la suite

Dans cet article de Creative Bloq, Nindya Retnasatiti et Jason Arber partagent 16 conseils professionnels qui peuvent vous aider à faire briller votre curriculum vitae et à décrocher l’emploi désiré. Prévisualisez cinq conseils ci-dessous et accédez aux précieux 16 conseils pro sur Creative Bloq. 1. Évitez d’utiliser un traitement de texte. Si vous postulez pour un emploi créatif, une mise en page mondaine faite depuis Microsoft Word n’est pas la meilleure façon de procéder. Il y a des modèles de curriculum vitae gratuits et accrocheurs disponibles en ligne qui vous aideront à vous démarquer facilement de la foule. Vous pouvez également utiliser InDesign ou Illustrator pour créer quelque chose de plus personnalisé. Servez le curriculum vitae fini en format PDF, car il s’agit du meilleur format multiplateforme pour le visionnement par votre employeur potentiel. 2. Choisissez judicieusement les polices de caractères Lorsqu’il s’agit de votre curriculum vitae, la lisibilité est nettement plus importante que la…

Lire la suite

De nouvelles recherches troublantes révèlent comment le matériau alimente un cercle vicieux de contamination toxique. Le plastique noir est le matériau de choix par défaut dans la conception électronique depuis des décennies. Mais les chercheurs qui inspectent les lieux de destinations de ces dispositifs lorsqu’ils sont mis au rebut signalent que non seulement le plastique noir n’est pas recyclé de la même façon que les autres plastiques – les produits chimiques contenus dans nos déchets électroniques finissent dans d’autres produits. Une étude de l’Université de Plymouth publiée dans Environment International a découvert une réalité troublante : Les plastiques noirs issus de l’électronique, réutilisés dans les biens de consommation, contiennent des additifs inattendus qui peuvent nuire à la santé humaine. En utilisant des spectromètres à fluorescence X pour détecter les oligo-éléments qui se cachent dans 600 produits en plastique noir, les chercheurs ont appris que ces articles présentaient une « contamination importante…

Lire la suite

6/6
%d blogueurs aiment cette page :