Je suis complètement fan de ces œuvres : de la sculpture hyperréaliste, où l’hybride prend le relais sur la perte d’identité. Voici une forme de « dividu » :

un vrai moi divisible

Yung Cheng Lin est un artiste taïwanais illustrateur, sculpteur et photographe qui soumet le corps féminin à d’étranges métamorphoses dénonçant la chosification des femmes.

Tumblr

Instagram

 

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.