Le célèbre philosophe Denis Diderot a vécu presque toute sa vie dans la pauvreté, mais tout a changé en 1765.

Diderot avait 52 ans et sa fille était sur le point de se marier, mais il n’avait pas les moyens de lui fournir une dot. Malgré son manque de richesse, le nom de Diderot était bien connu parce qu’il était le co-fondateur et auteur de l’Encyclopédie, l’une des encyclopédies les plus complètes de l’époque.

Lorsque Catherine la Grande, l’impératrice de Russie, entendit parler des problèmes financiers de Diderot, elle lui proposa d’acheter sa bibliothèque pour 1000 livres sterling, soit environ 50 000 euros. Soudain, Diderot avait de l’argent à dépenser.

Peu après cette heureuse vente, Diderot acquiert une nouvelle robe rouge. C’est là que tout a mal tourné.

L’effet Diderot

La robe rouge de Diderot était magnifique. Si belle, en fait, qu’il a immédiatement remarqué à quel point elle semblait déplacée lorsqu’il était entourée par le reste de ses biens communs. Selon lui, il n’y avait « plus de coordination, plus d’unité, plus de beauté » entre sa robe et le reste de ses objets. Le philosophe a vite senti l’envie d’acheter de nouvelles choses qui correspondent à la beauté de sa robe.

Il a remplacé son vieux tapis par un nouveau tapis de Damas. Il a décoré sa maison avec de belles sculptures et une meilleure table de cuisine. Il a acheté un nouveau miroir à placer au-dessus du porte-manteau et sa « chaise en paille a été reléguée à l’antichambre par une chaise en cuir ».

Ces achats en réaction sont connus sous le nom d’Effet Diderot. (remarque : qui n’a d’existence dans le wiki anglais)

L’Effet Diderot affirme que l’obtention d’une nouvelle possession crée souvent une spirale de consommation qui vous amène à acquérir de nouvelles choses. Par conséquent, nous finissons par acheter des choses dont nous n’avons jamais eu besoin pour nous sentir heureux ou épanouis.

Denis Diderot, découvreur de l’effet Diderot

Denis Diderot tel que représenté par Louis-Michel van Loo en 1767. Dans ce tableau, Diderot porte une robe semblable à celle qui a inspiré son célèbre essai sur l’effet Diderot, Regrets sur ma vieille robe de chambre.

Pourquoi nous voulons des choses dont nous n’avons pas besoin (grande question mais ici, réponse)

Comme beaucoup d’autres, je suis victime de l’Effet Diderot. On achète une nouvelle voiture et on finit par acheter toutes sortes de choses supplémentaires (qu’on dit complémentaires) pour aller à l’intérieur. On emménage dans un nouvel appartement, et voilà qu’on achète un rideau, qui est utile comme achat, mais qui conduit à acheter d’autres accessoires de décoration, pour parfaire l’ensemble, etc…

Et on peut passer 10 ans sans acheter des choses qui subitement vont être désirées après avoir obtenu une nouvelle et brillante chose, on se retrouve dès lors dans la même spirale de consommation que Diderot.

Vous pouvez repérer des comportements similaires dans de nombreux autres domaines de la vie :

  • Vous achetez une nouvelle robe et vous devez maintenant vous procurer des chaussures et des boucles d’oreilles assorties.
  • Vous achetez un abonnement CrossFit et bientôt vous payez pour des rouleaux de mousse, des baskets bleues, des bandeaux anti-sueur et des plans de repas paléo.
  • Vous achetez une poupée American Girl à votre enfant et vous vous trouvez en train d’acheter plus d’accessoires que vous ne l’auriez jamais imaginé pour les poupées.
  • Vous achetez un nouveau canapé et soudain vous remettez en question l’aménagement de tout votre salon. Ces chaises ? Cette table basse ? Ce tapis ? Ils doivent tous partir.

La vie a une tendance naturelle à se remplir de plus en plus. Nous cherchons rarement à déclasser, à simplifier, à éliminer, à réduire. Notre inclination naturelle est toujours d’accumuler, d’ajouter, d’améliorer et de construire (et pour ma part, un brin collectionneuse).

Pour reprendre les mots du professeur de sociologie Juliet Schor, « la pression pour améliorer notre stock de choses est implacablement unidirectionnelle, toujours croissante ».
(The Overspent American: Why We Want What We Don’t Need” by Juliet Schor. Chapter 6).

Maîtriser l’effet Diderot

L’Effet Diderot nous dit que votre vie va seulement contenir plus de choses qui devront mériter d’y entrer, donc vous devez comprendre comment conserver, éliminer et vous concentrer sur les choses qui comptent.

Réduire l’exposition. Presque toutes les habitudes sont initiées par un déclencheur ou une succession. L’un des moyens les plus rapides de réduire la puissance de l’effet Diderot est d’éviter les déclencheurs d’habitudes qui en sont à l’origine. Se désabonner des mails commerciaux. Appelez les magazines qui vous envoient des catalogues et renoncez à leurs envois. Rencontrez des amis au parc plutôt qu’au centre commercial. Bloquez vos sites Web favoris en utilisant des outils comme Freedom.

Achetez des articles qui s’adaptent à votre système actuel. Vous n’avez pas à recommencer à zéro chaque fois que vous achetez quelque chose de nouveau. Lorsque vous achetez de nouveaux vêtements, recherchez des articles qui s’harmonisent bien avec votre garde-robe actuelle. Lorsque vous passez à de nouveaux appareils électroniques, prenez des choses qui fonctionnent bien avec vos pièces actuelles afin que vous puissiez éviter d’acheter de nouveaux chargeurs, adaptateurs ou câbles.

Fixez les limites que vous vous imposez. Vivez une vie soigneusement réglée en créant des limitations dans lesquelles vous pouvez opérer à l’intérieur. Juliet Schor donne un bon exemple avec cette citation…..

« Imaginez ce qui suit. Un groupe communautaire de votre ville organise la signature par les parents d’une promesse de ne pas dépenser plus de 50 $ en chaussures de sport pour leurs enfants. Le personnel de la garderie de votre enfant demande une limite de 75 $ pour les fêtes d’anniversaire. Le conseil scolaire local mobilise le soutien de la communauté en faveur d’un changement d’uniforme scolaire. L’APE obtient 8o % des parents d’accepter de limiter la télévision de leurs enfants à un maximum d’une heure par jour.

Souhaitez-vous que quelqu’un dans votre communauté ou à l’école de vos enfants prenne la tête de ces efforts ou d’autres efforts similaires ? Je pense que des millions de parents américains le font. Télévision, chaussures, vêtements, fêtes d’anniversaire, uniformes d’athlétisme – ce sont des domaines où de nombreux parents se sentent obligés de permettre à leurs enfants de consommer à un niveau supérieur qu’ils pensent être le meilleur, ce qu’ils veulent dépenser ou ce qu’ils peuvent se permettre confortablement ».

Juliet Schor, The Overspent American: Why We Want What We Don’t Need

(Je pense que cette suggestion serait géniale : mais encore faut-il que toutes les écoles fassent cela, et cela signifierait que nos gouvernants soient conscients des réalités financières de la grande majorité de la population…. Ce qui n’a pas encore été prouvé.)

Achetez-en un, donnez-en un. Chaque fois que vous faites un nouvel achat, donnez quelque chose d’ancien. Vous avez une nouvelle télé ? Donnez l’ancien plutôt que de le déplacer dans une autre pièce. L’idée est d’empêcher votre nombre d’articles de croître. Soyez toujours en train de conserver votre vie pour n’inclure que les choses qui vous apportent joie et bonheur.

Passez un mois sans acheter quelque chose de neuf. (ça j’ai réussi !) Ne vous permettez pas d’acheter de nouveaux articles pendant un mois. Au lieu d’acheter une nouvelle perçeuse, louez-en une d’un voisin ou sur un site. Trouvez-vous une nouvelle chemise au magasin d’occasion plutôt qu’au grand magasin. Plus nous nous limitons, plus nous devenons ingénieux.

(C’est ce que j’ai fait avec H&M, Zara et Mango : des vêtements produits dans des pays où les conditions des travailleurs sont déplorables, et souvent de très mauvaise qualité.. C’était presque facile !)

Lâchez ce que vous voulez. Il n’y aura jamais un niveau où vous aurez fini de vouloir des choses. Il y a toujours quelque chose à améliorer. Vous avez une Honda neuve ? Vous pouvez passer à une Mercedes. Une nouvelle Mercedes ? Vous pouvez passer à une Bentley. Une nouvelle Bentley ? Vous pouvez passer à une Ferrari. Vous avez une nouvelle Ferrari ? Avez-vous pensé à acheter un avion privé ?

Réalisez que vouloir est juste une option que votre esprit fournit, pas un ordre que vous devez suivre.

Comment surmonter la tendance de consommation

Notre tendance naturelle est de consommer plus, pas moins. Compte tenu de cette tendance, je crois que le fait de prendre des mesures actives pour réduire le flux de consommation incontestée rend notre vie meilleure.

Personnellement, mon but n’est pas de réduire la vie à la plus petite quantité de choses, mais de la remplir avec la quantité optimale de choses : cette notion de ASSEZ que je trouve fascinante. J’espère que cet article vous aidera à réfléchir à la façon de faire de même.

Comme le disait Diderot : « Laissez mon exemple vous donner une leçon. La pauvreté a ses libertés, l’opulence a ses obstacles. »

JClear

5 commentaires »

  1. j’hésite très longtemps avant d’acheter quoi que ce soit, tous mes vêtements sont d’occasion, mes livres aussi mon matelas a bien 20 ans, bien tordu, mais je m’en fou,de toute façon je n’ai pas les moyens etsuis heureuse ainsi!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.