Un clavier virtuel peut-il favoriser une estime de soi positive chez les filles ? La branche finlandaise de l’agence humanitaire Plan International le pense, et a créé un nouveau clavier Android appelé Sheboard. Lorsqu’il est installé, il offre des suggestions de mots encourageants et positifs.

Les recherches montrent que nous parlons différemment aux enfants en fonction de leur sexe. Nous parlons aux garçons de leurs capacités. Nous parlons aux filles de leur corps. Et peu à peu, cela commence à influencer leur perception d’eux-mêmes. Quand vous l’entendez jour après jour, vous commencez à y croire.

Les garçons sont courageux. Les filles sont jolies… (c’est l’histoire du yaourt salé)

Grâce à ce nouveau clavier, lorsque vous tapez « Femmes » (Women), le mot suivant qu’il offre est « mener » (lead). Les femmes mènent.

L’écriture intuitive pour « Girls » suggère « rule » pour le mot suivant (filles, décision), tandis que « My daughter is » est « strong » ou « good ». Vous pouvez voir quelques exemples dans la galerie ci-dessous.

Le clavier change aussi les expressions diminutives souvent associées aux filles. La condescendante « ma petite princesse » se transforme en quelque chose de beaucoup plus puissant : « Ma super aventurière. » La surcharge de niaiserie des « choupinettes » devient la dure à cuire « féroce ».

Sheboard soulève une question intéressante : si nous changeons notre langage à l’égard des jeunes filles en un langage qui met l’accent sur la force et la capacité (être capable et pas trop fragile pour y arriver), est-ce que cela changera la façon dont elles pensent d’elles-mêmes ? Cela leur permettra-t-il de devenir des personnes plus audacieuses et plus confiantes ?

C’est l’idée, du moins. Et c’est dans cet esprit que Plan dit qu’il destine Sheboard aux parents et aux frères et sœurs des jeunes filles. Si le langage affirmatif vient d’un proche de l’enfant, il aura peut-être un impact plus retentissant.

L’organisme de bienfaisance espère que Sheboard trouve un public parmi les filles elles-mêmes, de façon à ce qu’elles utilisent elles-mêmes cette nouvelle façon de parler d’elles-mêmes.

Nora Lindström, coordinatrice mondiale pour le développement numérique chez Plan International, déclare :  » Les innovations technologiques ne changeront pas en elles-mêmes un comportement nocif et stéréotypé sexospécifique, mais elles peuvent aider à sensibiliser à ces questions et à soutenir l’égalité de traitement des filles et des femmes. »

Le concept vient de l’agence de création finlandaise Hasan & Partners, qui travaille avec Plan International Finlande. Samsung Electronics Nordics a aidé à la mise en œuvre de l’idée, qui est disponible sur la boutique Google Play Store dès maintenant.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.