Quelques conseils très utiles du magazine Valet (que j’avoue ne pas lire) sur la façon de demander une faveur. C’est étape par étape et super simple :

  • Soyez direct dans votre demande
  • Donnez votre raison
  • Donnez à l’autre l’occasion de s’échapper

Cette dernière étape, en particulier, est bien articulée :

C’est vraiment juste des bonnes manières et cela maintient votre relation en règle. Cela montre à l’autre personne que vous respectez son temps et que ce n’est pas un situation de culpabilité. Lorsque vous demandez une faveur, offrez toujours à l’autre personne la possibilité de refuser facilement et gracieusement. Terminez votre demande par quelque chose comme « Je comprends si tu ne peux pas le faire maintenant » ou « Ne vous sentez pas obligé, si vous n’êtes pas à l’aise avec cela ». Dites-le et pensez-le. Parce qu’une faveur que vous ne pouvez pas refuser n’est pas une faveur du tout. C’est un ordre ou une commande.


Vous pouvez broder avec beaucoup de détails spécifiques sur le type de comportement que vous souhaitez, mais le noyau ici est assez précis. Il y a aussi un bon conseil pour les gens qui accordent une faveur, qui se résume essentiellement à « le faire ou ne pas le faire, mais ne soyez pas idiot à ce sujet ».

C’est important de la jouer ainsi car le scénario de manipulation est peu-être ce qui permet d’obtenir tout ce qu’on veut, mais c’est le chemin pour se sentir mal, car c’est de la duperie et de l’égoïsme.

Avec le temps, on apprend à repérer le cinéma des autres, et on réalise que la demande franche est une marque de confiance et de respect : de notre part si nous demandons, de la part de l’autre s’il se comporte de manière transparente.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.