Comprendre que les polices de caractères ont des sentiments peut vous aider à convaincre, transmettre et communiquer un peu mieux.

 dévoile la psychologie qui se trouve derrière les typo qu’on voit partout : lorsqu’une écriture manuscrite dévoile un peu de la personnalité de celui qui écrit, la typo quant à elle, parle et peut transmettre plus que le contenu qu’elle habille.

Nous utilisons tous des polices de caractères, presque tous les jours. Les font n’est qu’un des nombreux outils puissants que les concepteurs utilisent pour communiquer visuellement un message. Certains disent que la typo est juste tout aussi puissante que les mots qu’elle affiche. Les polices de caractères transmettent les sentiments et les émotions de la même manière que la musique ou la couleur.

Pour la plupart des gens, ce message émotionnel est quelque chose qu’ils communiquent inconsciemment – parfois ils ont raison, parfois ils ont tort. Pour la plupart d’entre nous dans le monde du design, le choix des polices de caractères est intentionnel – du moins à un certain niveau. Ce choix peut être dicté par de nombreux facteurs : parfois c’est une directive de marque, peut-être que nous aimons vraiment son apparence, ou peut-être que nous avons simplement succombé au consensus général selon lequel certaines polices sont meilleures que d’autres (ce qui expliquerait la surutilisation de l’Helvetica). Quel que soit le facteur décisif, un choix est fait. Comprendre la psychologie de la façon dont les gens perçoivent les typos vous aidera à communiquer votre message plus efficacement.

Les polices ont aussi des sentiments

En tant qu’êtres humains, nous sommes naturellement enclins à projeter nos expériences émotionnelles du monde réel sur les objets matériels que nous rencontrons. Nous saisissons toute occasion d’anthropomorphiser – c’est la nature humaine. Cela signifie que nous recherchons inconsciemment des caractéristiques humaines dans des objets inanimés, comme les formes de lettres.

Par exemple, nous avons généralement tendance à percevoir les polices avec une construction arrondie, des formes ouvertes ou des angles plus doux comme étant plus accessibles et plus conviviales. C’est parce que ces qualités correspondent à nos expressions physiques lorsque nous sourions. Le sourire rend notre visage plus arrondi et ouvre notre langage corporel en général. Contrairement aux polices qui ressemblent à un sourire, nous voyons les polices aux angles plus lourds et plus nets comme étant plus sévères ou sérieuses. Ces polices correspondent à nos expressions faciales lorsque nous fronçons les sourcils.

Un autre facteur qui contribue à notre évaluation émotionnelle des typo est l’association. Nous grandissons en apprenant certains attributs des styles typographiques basés sur ce que nous voyons autour de nous.

En règle générale, nous avons tendance à associer les polices à empattement avec un sens du professionnalisme. Cela s’explique par le fait que la plupart des documents officiels que nous envoyons et recevons sont rédigés dans une police à empattement serif.

Les polices sans empattement sont considérées comme un peu moins formelles, mais pas aussi informelles qu’un caractère à bords arrondis ou doux, que nous percevons comme joyeux et amical.

Le problème avec l’association est qu’elle change en fonction de la population par laquelle la police est visualisée. La croissance, au cours des dernières années, de la classification sans empattement rend certaines de ses associations comme obsolètes, car de plus en plus de documentation officielle est établie dans des polices helvetica ou des polices néogrotesques du même genre. La montée en puissance des polices « humaines » a également ajouté un niveau de sentiment supplémentaire à la catégorie sans empattement. Le fait de refléter les traits d’une écriture manuscrite (humaine) permet d’ajouter une connexion émotionnelle à la plupart des polices géométriques sans empattement.

Il y a, bien sûr, beaucoup de cas qui contredisent la norme, dans lesquels certains styles de caractères ont été utilisés très différemment de ce à quoi on pourrait s’attendre – prenez la police olympique de 2012, par exemple.

Alors que les polices fortement angulaires sont souvent brutales ou agressives, elles peuvent également être utilisées pour exprimer l’excitation et le dynamisme lorsqu’elles sont présentées dans le bon contexte. Wolff Olins a utilisé une palette de couleurs vibrantes et un angle ascendant pour donner à cette police un sens ascendant et de positivité. De cette façon, la typo est plus inspirante et énergique, que dure et sévère.

Tenir compte du contenu

Les psychologues Samuel Juni et Julie Gross ont demandé à 102 étudiants de l’Université de New York de lire un article satirique du New York Times. Chaque élève a reçu, au hasard, l’article imprimé en Arial ou en Times New Roman. Par la suite, on a demandé aux élèves d’évaluer leur réaction sur ce qu’ils avaient lu. L’article a été jugé plus drôle et plus agressif- en d’autres termes, plus satirique – lorsqu’il a été lu en Times New Roman. Cela nous apprend à quel point le choix de la police est important lorsqu’il s’agit de transmettre un certain sentiment.

Savoir que les polices ont des personnalités différentes n’est que la moitié de la bataille. Le vrai défi est d’assigner la bonne personnalité au message en question – faire correspondre la sensation de la police à la tonalité du contenu. Pour obtenir un jumelage cohérent, vous devez vous assurer de bien comprendre le message clé transmis et le public qui le lira. Il y a une raison pour laquelle vous ne voyez pas de formulaires d’impôt en Comic Sans, ou de logos d’entreprise utilisant Arbuckle.

Ce logo de Premier League est une excellente étude de cas pour cette question d’adaptation de la police de caractères au message.

Indépendamment de ce que vous pensez de la marque du lion, du schéma de couleurs ou des animations de motifs (qui sont en fait assez réussies), certaines personnes semblent d’accord pour dire que la police de caractères n’est pas très bonne. Design Studio a opté pour FF Mark – un caractère géométrique sans empattement construit sur des formes arrondies. C’est amical, amusant et sympathique, mais cela ne dit rien du tout sur la culture, l’histoire ou le style du jeu anglais. Les caractères minuscules renforcent ce sentiment de convivialité, le distançant encore plus du courage et de la domination de la ligue la plus ancienne et la plus impressionnante du sport.

On fera certainement valoir qu’il a été conçu pour être plus inclusif et plus invitant pour les marchés internationaux et les nouveaux publics – une intention qui réussira. Mais à quel prix ? Hors contexte, qu’attendez-vous que ce logo et ce mot-symbole représentent ? « Le Ministère du Son présente : Premier League, l’ultime mash-up Reggae/Trance. » (notre inconscient voit un lion, et voit Bob Marley ??)

Une solution très rapide pour donner plus de caractère serait de mettre le mot-symbole en lettres majuscules. Généralement, nous percevons les majuscules comme plus puissantes et dominantes – quelque chose qui conviendrait mieux à une esthétique sportive. Il n’y a rien de mal avec FF Mark – c’est une police polyvalente qui attire le lecteur dans sa personnalité positive – mais ça fait un peu plus Spotify que sport d’action.

Alors, et maintenant ?
Le monde des polices est vaste, diversifié et un peu intimidant si vous n’êtes pas vraiment sûr de ce que vous recherchez – même pour les designers. Beaucoup de professionnels de l’industrie luttent pour discerner Caslon de Garamond, ou ne remarquent pas la différence entre Century Gothic et Futura (FYI : sa hauteur x plus élevée et ses caractères plus larges), sans parler de savoir quelles polices utiliser et quand les utiliser. C’est pourquoi de nombreux designers choisissent les mêmes polices encore et encore, en choisissant une petite sélection de polices de caractères et en les utilisant à chaque fois. Ce serait bien si vous voulez seulement communiquer la même chose.

Il est important de se rappeler qu’à un moment donné, tout ce que vous écrivez sera lu, quelle que soit la police dans laquelle vous choisissez de l’écrire. Il y a des chances qu’il soit lu par quelqu’un qui pense que « Gotham » a quelque chose à voir avec Batman, pas une police de caractères. C’est le biais subconscient du lecteur, son environnement culturel et son expérience personnelle qui affectera la façon dont il lit et digère l’information. Par conséquent, le fait de savoir comment les gens ressentent les différentes polices de caractères vous aidera à faire correspondre la bonne police pour la situation. En cas de doute, regardez autour de vous et demandez-vous pourquoi certaines marques ont utilisé cette police spécifique.

Intéressant, et ludique, comme ce groupe qui fait la chasse au polices de caractères à travers les villes pour retracer leur histoire.

Publicités

3 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.