A Sibiu, en Roumanie, les maisons ont « des yeux qui observent ». Sur les toits, des fenêtres étroites sont fendues dans les tuiles, avec des ouvertures sombres en leur centre. Elles ont été conçues pour ventiler les greniers où la viande, le fromage et les céréales étaient entreposés, sans laisser passer beaucoup de lumière du soleil.

Ces fenêtres ressemblent étrangement à des yeux, donnant aux maisons un regard anthropomorphe et glacial. On les appelle les Yeux de Sibiu («ochiuri ale orasului»). Et ces derniers mois, ils sont devenus un symbole de protestation en Roumanie, sous la bannière « — vedem » (on vous voit).

Depuis l’hiver 2017, des centaines de milliers de personnes en Roumanie sont venues protester, après qu’un gouvernement nouvellement élu a décidé de décriminaliser la corruption et de mettre en place des lois qui pourraient aider les politiciens à échapper aux enquêtes. Selon Transparency International, la Roumanie est l’un des pays les plus corrompus de l’Union européenne et les manifestations de février ont été parmi les plus importantes de l’histoire de la Roumanie. Ce slogan, Vă vedem, est apparu dans leurs rues sous le symbole d’yeux suspicieux et inclinés.

Près d’un an plus tard, en décembre 2017, les protestations se sont poursuivies et à Sibiu, où le président roumain, Klaus Iohannis, a servi quatre mandats de maire, un groupe de manifestants a adopté le logo « Sibiu eyes » comme logo. Sibiu est l’une des capitales culturelles du pays et l’une des villes les plus développées.

Les manifestants silencieux ont déclaré qu’ils créaient une « zone exempte de corruption » avec les yeux de Sibiu comme symbole de leur vigilance continue. Les alliés ont envoyé des photos du symbole des yeux de Sibiu de partout dans le monde – les gens regardaient depuis Berlin, Paris, Londres, Chicago et le Canada, Singapour, Sydney et Kuala Lumpur.

La controverse politique qui a déclenché ces protestations n’a pas disparu. Au cours des dernières semaines, le président Iohannis a congédié le chef de la Direction nationale anticorruption et le Parlement a fait avancer les modifications du Code pénal qui limiteraient les poursuites pour abus de fonctions politiques.

Les manifestations à Sibiu et ailleurs se poursuivent, bien qu’elles soient loin de l’ampleur des marches de 2017. A Sibiu, il y a une manifestation silencieuse tous les jours à midi, avec la bannière Vă vedem et les yeux de Sibiu pour voir tout ce qui se passe.

Vu sur AtlasObscura

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.