Plus tôt ce mois-ci, Starbucks a annoncé son intention d’abandonner les pailles en plastique dans tous ses cafés du monde entier d’ici 2020. Il s’agit d’un tout petit début dans le cadre de l’effort plus vaste visant à limiter les déchets associés au plastique à usage unique. Les défenseurs des personnes handicapées ont critiqué l’approche de Starbucks alors que les environnementalistes ont souligné que l’utilisation de couvercles pour remplacer les pailles ne réduit pas vraiment l’utilisation du plastique.

Mais que se passerait-il si votre café était présenté dans une tasse entièrement biologique ? C’est la vision de Jun Aizaki, le fondateur du studio de design new-yorkais Crème Design. Lui et son équipe ont créé un prototype de tasse faite à partir d’une courge cultivée dans un moule imprimé en 3D. Et tandis que le processus de création des gobelets en courge, qu’il appelle HyO-Cups, prend beaucoup de temps – cinq à six mois – Aizaki espère un jour faire pousser en masse des récipients pour boissons, peut-être même pour les cafés-restaurants comme Starbucks.


[Photo : courtoisie Crème Design]

Il y a environ cinq ans, Aizaki et son équipe ont commencé à penser à l’habitude génératrice de gaspillage et de déchets d’aller au café – et surtout à la façon dont ils pourraient améliorer cela. « Et si vous pouviez jeter une tasse au lieu de la recycler ? » dit-il. « Et si elle allait à la poubelle, et qu’elle revenait à Mère Nature ? »

Cela a amené son équipe à réfléchir à des matériaux potentiels qu’ils pourraient utiliser pour contenir des liquides, comme des pâtes dures ou une sorte de papier de riz. Mais la courge avait des antécédents : les contenants tels que la calebasse se trouvent partout dans le monde, y compris en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. « Je savais que les courges étaient traditionnellement utilisées dans de nombreuses cultures comme contenant « , dit Aizaki. « Dans la culture chinoise, les gourdes étaient destinées à contenir de l’alcool. »


[Photo : courtoisie Crème Design]

Mais il y avait un problème – les courges poussent naturellement certes, mais elles n’ont jamais la même forme ou la même taille, ce qui serait vital pour les produire à l’échelle, à la fois pour les expédier efficacement et pour avoir une taille standardisée pour l’utilisateur final. « S’il y avait un moyen de contrôler ce processus et de créer quelque chose de plus uniforme et plus prévisible, nous imaginions que cela pourrait devenir une alternative à la façon dont nous fabriquons les choses « , dit M. Aizaki.

Pour résoudre ce problème, Aizaki s’est penché sur la façon dont les pastèques sont souvent cultivées dans son Japon natal – dans des moules carrés pour les rendre plus faciles à emballer et à expédier.

L’équipe a donc créé des moules imprimés en 3D de plusieurs formes à expérimenter, et Aizaki a planté des courges dans la cour arrière de sa maison à Brooklyn pour qu’elles prennent la forme d’une tasse. Après trois étés de culture de courges, l’équipe a opté pour deux formes principales : une tasse empilable à facettes géométriques et une tasse à ouverture plus petite.


[Photo : courtoisie Crème Design]

Les tasses finies sont des objets lumineux, uniques, 100% bio et biodégradables.

Mais c’est un processus long et fastidieux de cultiver des tasses plutôt que de les fabriquer. Aizaki dit qu’il faut environ un mois pour que la plante produise des fruits, deux à trois semaines pour que le fruit se développe, puis une fois qu’il est finalement assez grand, il faut encore deux à trois mois d’exposition au soleil pour que la gourde sèche suffisamment pour qu’elle puisse être utilisée pour boire avec. De plus, les courges ne poussent que durant l’été dans la région de New York, ce qui limite considérablement la capacité de l’équipe à produire rapidement des prototypes. Comme leur production exige beaucoup de temps, ils sont loin de la vision d’un jour de remplacer les tasses à usage unique dans les cafés. Néanmoins, Aizaki est déterminé à trouver un moyen de rendre le processus de production plus efficace – et donc plus évolutif.

Maintenant, l’équipe espère faire plus d’expériences pour accélérer le processus de séchage, peut-être en utilisant un four ou une autre technique ; Aizaki espère aussi cultiver les courges dans un environnement contrôlé (plutôt que dans sa cour) afin que la croissance ne soit pas limitée par le temps.

L’équipe est également à la recherche de partenaires pour faire évoluer l’idée. Peut-être que Starbucks et McDonald’s, qui ont récemment fait équipe pour créer une tasse 100 % recyclable et compostable, devraient y jeter un coup d’œil.

L’idée est plutôt géniale, dommage que cela semble « compliqué ».

Repéré sur Fastcompagny.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.