Les designers textiles fabriquent des tissus qui représentent des motifs hérités des techniques anciennes pour transformer des matériaux en artefacts ayant une valeur culturelle et personnelle. Au-delà de la décoration, les textiles peuvent servir d’outils pour communiquer des histoires géographiques et culturelles, comme on peut le voir dans l’exposition Kissing the Shuttle par Caitlin Hinshelwood.

Le fabricant de textile américain Maharam y parvient dans sa dernière collection, illustrant comment des modèles hérités mis à jour peuvent donner aux produits contemporains une qualité artisanale.

La collection Darning Sampler est une collaboration entre Maharam et le studio de design hollandais Scholten & Baijings et fait revivre les échantillons historiques de Darning (reprisage) dans un motif de formes géométriques filetées. Sur un fond plat de toile peinte à la main, des rectangles de fil colorés sont cousus les uns sur les autres en couches, créant des formes angulaires qui se croisent.

Comme son nom l’indique, le dessin s’inspire de carrés antiques de matériaux historiquement utilisés par les jeunes filles pour pratiquer la réparation de vêtements. Le Darning était courant dans le monde occidental aux XVIIe et XVIIIe siècles et était particulièrement populaire aux Pays-Bas, ce qui explique pourquoi ce dessin résonnait dans l’atelier hollandais.

Traditionnellement, le darning n’était pas seulement utilisé comme une forme fonctionnelle de réparation, mais aussi comme un moyen pour les filles de présenter des motifs de points très techniques et de faire leurs preuves en tant qu’épouse convenable. Les échantillonneurs utilisés comme source d’inspiration pour le projet comportaient des coutures stratifiées dans des fils de différentes couleurs pour montrer la qualité du travail du darner.

Les formes graphiques des motifs sont en accord avec les goûts modernes, ce qui permet à la collection d’avoir un aspect frais tout en communiquant un caractère artisanal qui fait référence aux métiers du patrimoine.

En plus d’exprimer des récits plus anciens, les textiles peuvent aussi encourager une interaction plus amicale et intime avec la technologie contemporaine, comme en témoigne la collaboration du designer néerlandais Kiki van Eijk avec Google lors de la Semaine du design de Milan de cette année.

Le moment est venu pour les marques de reconnaître l’énorme potentiel des textiles et leur capacité à créer des produits de consommation plus passionnants et plus significatifs.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.