Tout le monde connaît cette odeur, mais peu-être que vous ne connaissez pas le nom pour la décrire.Vous savez quand vous dites « ça sent la pluie », juste avant qu’il ne pleuve, ou une fois la pluie passée, on appelle ça le Petrichor.

Le terme a été inventé en 1964 par deux chercheurs australiens du CSIRO, Isabel Joy Bear et Richard G. Thomas, pour un article de la revue Nature. Dans cet article, les auteurs décrivent comment l’odeur dérive d’une huile exsudée par certaines plantes pendant les périodes de sécheresse, après quoi elle est absorbée par les sols et les roches argileux.

Pendant la pluie, l’huile est libérée dans l’air avec un autre composé, la géosmine, un composé organique avec une saveur et un arôme terreux distinct produit par certaines bactéries, et qui est responsable du goût terreux des betteraves, qui est émis par le sol humide, produisant ainsi cette odeur distinctive ; l’ozone peut aussi être présent en cas de foudre.

Dans un article de suivi, Bear et Thomas (1965) ont montré que l’huile retarde la germination des graines et la croissance précoce des plantes.

Si on est capables de sentir cette odeur c’est parce que c’est une forme d’héritage de notre ancêtres cultivateurs : cette odeur était le signe du retour de la culture et des récoltes.

(il existe d’ailleurs un jeu de société Petrichor, où vous incarnez un nuage !)

 

Publicités

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.