Je suis plutôt partisane des choses faites main, et si j’en ai l’occasion, je cherche quelqu’un qui a un métier dans les mains, plutôt que de me ruer dans les rayons désincarnés des grandes enseignes et des boutiques bobo (qui sont aussi un fléau à Paris).

Depuis longtemps je suis fascinée par les pierres, auxquelles j’accorde un pouvoir certain car je les trouve fascinantes. Ce sont des heureux hasards de la nature à qui on a donné un nom, puis une valeur, puis des attributs.

Voici l’atelier de José :

J’ai choisi mes pierres et nous avons discuté de comment les monter. Au début, une simple plaque d’argent pour un bracelet. Comme nous sommes restés ensemble, nous avons fait évoluer l’idée ensemble.

J’ai donc choisi un saphir, en fait 3 saphirs qui avaient été choisis ensemble par José (la symbolique me plaisait). Saphirs, rubis et émeraudes appartiennent à la même famille, celle des corindons, ces pierres peuvent prendre différentes couleurs, néanmoins, un signe de qualité supérieure : l’étoile qui apparaît à la lumière.

(les corindons sont des cristaux d’oxyde d’aluminium (Al2O3) contenant des impuretés (oxydes) en traces qui leur donnent leur couleur (titane et fer pour le bleu, vanadium pour le violet, chrome pour le rose, fer pour le jaune et le vert. On peut trouver des saphirs étoilés où l’astérisme est dû à la présence d’inclusions d’aiguilles de rutile cristallisées à 60° ou 120° dans la pierre. Le saphir étoilé est taillé en cabochon. Sous les rayons du soleil apparaît une étoile de 6 branches et plus rarement de 12 branches.)

J’ai filmé durant les 6 heures de travail les étapes qui me semblaient importantes.
(C’est filmé à partir du Huawei, le son n’est pas génial car on avait de la musique de fond, je fais des commentaires pas toujours utiles, mais l’important c’est de voir ce qu’il fait 🙂 )

Etape 1 : Chauffer la plaque d’argent.

Ce sera une étape répétée pour les anneaux qui vont sertir les saphirs, pour souder les anneaux, ainsi que les attaches (à savoir qu’il faudra plusieurs tentatives pour que tout soit bien soudé).

Etape 2 : Travailler la plaque d’argent.

Il y a plusieurs techniques pour créer des motifs : les frapper au marteau, au poinçon, ou faire des rayures, ou des hachures.

Etape 3 : Préparer le sertissage.

Il prend un morceau d’argent qu’il va enrouler autour de chaque pierre, une fois les mesures prises (car les 3 saphirs n’ont pas la même taille). Il va ensuite les fondre pour qu’ils forment des anneaux parfaits pour sertir chaque saphir. Il va les polir en plusieurs étapes, puis les souder à la plaque.

 

Etape 4 : Placer les pierres dans les anneaux puis les sertir

Une fois les pierres ajustées, il reste à souder les anneaux, ce qui sera une étape un peu longue pour être certain que tout tient bien.

Entre temps, on a pensé réduire la plaque d’argent pour donner un look un peu plus créatif à la pièce.

Etape 5 : Finitions, beaucoup de patience et de minutie…

Beaucoup de minutie pour tout assembler : polir, tailler, ajuster, recommencer. Et il ne s’agit que de la pièce… (pas du bijou complet).

Quelle température pour fondre l’argent ?

961°C. C’est ce qui rend le travail délicat.

et il y aura des péripéties :

Il terminera en faisant le bracelet en macramé (d’une simplicité absolue tant il a une dextérité épatante !)

Et résultat :

J’ai aussi craqué pour l’immense labradorite en pendentif…

Voici les 2 bijoux avec lesquels je suis repartie :

Le pendentif en labraborite et notre création

 

Regardez ces reflets… Labradorite (la bleue incroyables) et opales :

 

L’artiste c’est lui : Moca Bijoux Art (José Bustos)

Vous pouvez retrouvez quelques uns de ses bijoux sur sa boutique Etsy, sinon contactez-le directement via Instagram (ou moi).

José Bustos – Moca Bijoux Art

 

Mon intention en filmant son travail et en faisant cette démarche est de valoriser le travail d’artistes et d’artisans : privilégier le contact humain, retrouvez le respect de l’autre pour le temps qu’il consacre et le résultat qu’il est capable de donner car il pratique son métier depuis 15 ans, et consommer moins de produits dont la fabrication est industrialisée, sans âme et souvent terrible pour les individus derrière les machines.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.