Hier, j’ai vidé mon trop plein de vêtements que je ne me jamais, en me réjouissant d’aller les donner à ceux qui en avaient besoin. Même l’effort de porter des sacs lourds dans le froid me faisait me sentir agir « pour le bien », pour ceux qui ont moins que moi.
En déposant un des sacs dans la box publique destinée aux vêtements, une autre personne qui déposait des vêtements, me dit en partant : « bon ben, sans doute qu’avant que ceux qui en ont besoin les récupèrent, d’autres ce seront servis et se feront de l’argent dessus ».
Ça m’a effectivement un peu gâché mon plaisir, mais dans le fond, je sais pertinemment qu’il a raison, et c’est une des raisons pour lesquelles je ne donne plus à Terre des Hommes (non pas que toutes les antennes de ces associations fourmillent de gens pas sympas, mais j’ai fait une seule mauvaise expérience qui m’a suffit à ne plus vouloir traiter avec eux).

Mais je ne parle pas de ça pour raconter ma vie, j’ai trouvé que c’était parfaitement à propos pour parler de Give Directly. Une association qui propose de donner directement du cash, de l’argent comptant, à ceux qui en ont besoin.

Une façon de bien dépenser son argent parmi toutes celles évoquées ici. (le Ted Talk à ce sujet à la fin de l’article)

Give Directly : envoyez de l’argent directement aux personnes vivant dans l’extrême pauvreté.
L’association veut aider à remodeler les dons internationaux. Give Directly est soutenu par GiveWell, Google.org, et – plus important encore – des preuves rigoureuses.

Vous ne le savez peut-être pas, mais parfois aider les familles en leur fournissant des objets pour « mieux vivre » ne les aide pas du tout sur l’instant. En vérité, ils vont préférer vendre des objets pour avoir de l’argent liquide qui leur nécessaire dans l’immédiat.

Voici un exemple de leur façon de procéder :

 

1. Cible :
Nous localisons d’abord les communautés extrêmement pauvres à l’aide de données accessibles au public. Nous envoyons ensuite le personnel sur le terrain faire du porte-à-porte pour recueillir numériquement des données sur la pauvreté et inscrire les bénéficiaires. Nous ciblons les ménages à l’aide de critères qui varient d’une région à l’autre, y compris l’agrégation d’une gamme de facteurs ou l’examen des matériaux de construction.

 

 

 

 

2. Audit
Nous utilisons une série de contrôles indépendants pour vérifier que les destinataires sont éligibles et n’ont pas payé de pots-de-vin, tels que des contrôles physiques, la vérification des images et des contrôles de cohérence des données. Par exemple, nous utilisons les coordonnées GPS et la main-d’œuvre participative pour détecter les irrégularités. Nous avons expérimenté l’utilisation de l’imagerie satellitaire.

 

 

 

 

 

3. Transfert
Nous transférons aux ménages bénéficiaires environ 1 000 $, soit environ un budget annuel pour un ménage type. Nous utilisons des systèmes de paiement électronique ; typiquement, les destinataires reçoivent un SMS d’alerte et collectent ensuite de l’argent liquide auprès d’un agent monétaire mobile dans leur village ou dans la ville la plus proche.

 

 

 

 

 

 

4. Surveiller
Nous appelons chaque destinataire pour vérifier la réception des fonds, signaler les problèmes et évaluer notre propre service à la clientèle. Nous disposons également d’une ligne d’assistance téléphonique pour les appels entrants et, dans certains cas, le personnel assure un suivi en personne.

 

 

 

Pour rassurer les donateurs :

Qu’arrive-t-il à l’argent ?
Vous pouvez découvrir ce que les bénéficiaires prévoient de faire avec l’argent comptant et en apprendre davantage sur leur vie avec GDLive. Toutes les mises à jour sont inédites et téléchargées au fur et à mesure qu’elles sont reçues.

Les histoires des gens sont non filtrées et non retouchées.

Nous nous engageons à faire preuve de transparence et à utiliser notre technologie de sondage pour recueillir et partager des mises à jour et des histoires en temps réel dans ce fil de nouvelles en direct.
Parcourez les profils réels et inédits des récipiendaires que nous servons, renseignez-vous sur leurs aspirations et suivez-les pour rester au courant de l’évolution de leur vie.

La façon dont ils recueillent les histoires :

 

Un exemple encore pour les réfugiés en Ouganda, voici la page et les donateurs :

Je suis clairement favorable à cette démarche. Il est évident qu’il est important d’aider les autres à s’en sortir, mais dans les cas extrêmes, la seule issue est de donner pour répondre à un besoin immédiat.

Qu’en pensez-vous ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.