Le peintre milanais Aldo Sergio utilise la peinture pour déformer la perception, créant des portraits et des natures mortes qui brouillent la frontière entre le numérique et le physique, le traditionnel et le contemporain. Dans l’une de ses peintures, trois hommes en tenue religieuses regardent avec curiosité un bouquet de bananes pixélisées, et dans une autre, représentant d’une famille victorienne, de leur visage aux vêtements conventionnels, ils sont pixélisés en lignes rectangulaires. Dans une troisième pièce, un couple pose devant une sélection de plantes d’intérieur tandis qu’une poule flouttée se tient près de leurs pieds.

Sergio utilise des méthodes de peinture traditionnelles pour capturer des portraits de familles victoriennes, de bols de fruits et d’oiseaux, puis déforme ces objets en les recouvrant de petits « pixels ». Sergio crée des tensions entre les objets, les personnes et l’espace, et ses dysfonctionnements en forme de pixels, soigneusement peints, donnent à ses œuvres un mouvement inhabituel, contrastant fortement avec le calme et le sérieux de la peinture traditionnelle.

Son exposition personnelle à la Galleria Patricia Armocida de Milan se poursuit jusqu’au 30 novembre 2018. Vous pouvez voir plus de ses peintures pixélisées sur son site web et Instagram.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.