Découvrez l’excellent article de Romain Aubert sur Medium au sujet de la Communauté :

Définition

Voici la définition du dictionnaire Oxford :

« Un groupe de personnes vivant au même endroit ou ayant une caractéristique commune particulière »
« Écologie – un groupe de plantes ou d’animaux interdépendants qui poussent ou vivent ensemble dans des conditions naturelles ou qui occupent un habitat précis.

Notez que la définition de communauté ne dit rien sur la gestion des médias sociaux. Un directeur de communauté n’est pas un gestionnaire de médias sociaux glorifié – juste au cas où vous le penseriez.

La communauté est bien plus que cela.

La communauté est un atout.
Votre communauté est votre atout.

Encore une fois, copier/coller rapide à partir du dictionnaire Oxford

« Un bien est une ressource économique. Tout ce qui est tangible ou intangible qui peut être détenu ou contrôlé pour produire de la valeur et qui est détenu par une entreprise pour produire une valeur économique positive est un actif. En termes simples, les actifs représentent la valeur de la propriété qui peut être convertie en espèces. »

C’est ça, un bien que vous possédez et dont vous pouvez tirer des revenus.

De quoi est fait un bien communautaire ?

Sous-actifs : contenu et trafic

Les deux sous actifs d’une communauté sont l’information/contenu et le trafic.

L’information ou le contenu peut être en ligne (p. ex. contenu généré par l’utilisateur (UGC), blog, podcast, etc.) ou hors ligne (p. ex. discours, panels, etc.).

Le trafic est généré par votre communauté en ligne, vous pouvez le rediriger vers un site web, une page d’événement, des annonces – en ligne, ou vers une rencontre, une conférence – hors ligne. Les deux peuvent alimenter des entonnoirs de croissance, les vôtres ou ceux de vos partenaires.

Actif communautaire dans l’économie de marché

À quoi sert un atout communautaire ?
Une communauté est un atout dont une organisation peut tirer parti pour étendre sa portée et se développer au-delà de son propre environnement.
Les avantages d’une communauté peuvent être d’ordre financier : une piste, un marché ; ou non financier : sensibilisation, capital de marque.

Voici quelques exemples de la façon de tirer parti d’un atout communautaire :

  • exercer une influence
  • faire des relations publiques
  • informations sur les sources d’audience (par ex. contenu généré par l’utilisateur)
  • renforcer la notoriété de la marque
  • générer des leads
  • générer des flux d’affaires et des opportunités d’investissement (pour un fonds de capital-risque)
  • tirer parti de l’expertise de votre communauté pour aider votre organisation, votre portefeuille à se développer (pour les sociétés de capital-risque)
  • engager des gens
  • faire le service à la clientèle
  • tirer parti des sous-actifs de votre communauté (c.-à-d. le trafic et le contenu) pour établir des partenariats avec des conférences mondiales ou d’autres communautés.
    C’est votre choix.

Les possibilités sont infinies.

Définir votre actif – actif centralisé vs actif décentralisé

Définissez votre actif. Construisez votre ressource communautaire sur un standard décentralisé (par exemple email – protocole SMTP), et non sur un produit centralisé (par exemple un groupe Facebook, un compte Instagram). Vous n’avez aucun pouvoir sur ce produit centralisé. Vos données sont bloquées, vous ne les possédez pas, vous ne pouvez pas les importer ou les exporter et vous êtes lié aux règles de la plate-forme centralisée. Par exemple, vous ne pouvez pas monétiser un groupe Facebook – et oui, Medium est centralisé.

Avec l’email (protocole SMTP), vous possédez la liste de diffusion et pouvez l’exporter, l’importer de/vers différents produits.

C’est pourquoi il faudrait mettre en place une base de données de mails comme l’actif principal d’une communauté – pas un compte Twitter, pas une page Facebook ou un compte Instagram.

Elles ne vous appartiennent pas.

Vous devriez être propriétaire de votre bien, de vos données.

Cela dit, vous pouvez utiliser des produits centralisés comme canaux d’acquisition périphériques pour rediriger le trafic vers votre actif principal.

Un bien communautaire est un produit.

Votre stratégie de croissance des produits

Comment construire et organiser une communauté, un réseau de personnes, comme un atout ?

À l’époque, dans l’économie industrielle, il y avait peu d’outils en ligne pour vous aider à bâtir votre communauté. La plupart des membres du réseau ont été formés par le biais de rencontres, de conférences et de présentations par courriel. Certaines de ces organisations avaient parfois un modèle d’acquisition, d’activation, de rétention, de référence et de revenu.

Très peu d’entre eux avaient construit des opérations capables d’évoluer, des modèles capables de répéter ou d’automatiser certaines des tâches.

La technologie nous permet de construire une organisation avec un modèle économique reproductible et évolutif.

Pensez à votre communauté comme un produit

Mettre en œuvre une stratégie de croissance du AARRR (acquisition, activation, rétention, recommandation, revenus).

  1. Acquisition : attirer de nouveaux utilisateurs.
  2. Activation :  persuadez-les de passer à l’action.
  3. Rétention : convertissez-les en utilisateur régulier.
  4. Recommandation : incitez-les à inviter d’autres utilisateurs.
  5. Revenus : générez et augmentez les revenus par utilisateur.

Automatiser les tâches répétitives

Ci-dessous une liste suggestive des « caractéristiques » du produit :

  • Mail de curation
  • Événements sur invitation seulement (c.-à-d. dîners privés)
  • Événements parallèles à des conférences mondiales (p. ex. Web Summit, Tech Crunch)
  • Blog (ou contenu provenant du public). Il pourrait s’agir d’une publication sur les médias afin que nous puissions tirer parti de l’audience existante des médias.
  • Chat de groupe (par ex. Riot)
  • Boîte à outils
  • Conférences pour les membres de votre communauté
  • Ressources provenant de la foule (c.-à-d. information provenant de la foule sur une feuille de calcul Google)
  • Des outils pour développer votre produit communautaire

Voici une liste d’outils qu’on peut utiliser pour gérer les produits communautaires:

  • CRM
  • plate-forme de messagerie et de communication (p. ex. Riot)
  • logiciel de marketing par courriel (p. ex. Mautic)
  • logiciel d’analyse (p. ex. Mautic)
  • base de connaissances /FAQ (p. ex. Slite)
  • logiciel de help desk (par ex. Zendesk)
  • l’automatisation des médias sociaux (p. ex. Buffer)
  • bases de données des ressources (p. ex. Airtable)

Des organisateurs, pas des dirigeants

Jusqu’à présent, les organisations se sont efforcées de se positionner en tant que leaders.

Désormais, les organisations leaders se positionnent en tant qu’organisateurs.

« L’organisateur trouve son but dans la création du pouvoir pour que les autres l’utilisent. » - Saul Alinsky

Les organisations ayant les meilleurs atouts communautaires seront des leaders dans leur environnement.

Une organisation sans communauté est une organisation sans yeux et sans oreilles dans son propre environnement. Il faut apprendre à gérer, organiser et faire grandir une communauté.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.