L’activiste et collecteur de fonds Dan Pallotta appelle à la politique de deux poids, deux mesures qui sous-tend notre relation brisée avec les organismes de bienfaisance.

Trop d’organismes sans but lucratif, dit-il, sont récompensés pour le peu qu’ils dépensent, pas pour ce qu’ils font.

Au lieu d’assimiler la frugalité à la moralité, il nous demande de commencer à récompenser les organismes de bienfaisance pour leurs grands objectifs et leurs grandes réalisations (même si cela entraîne des dépenses importantes). Dans ce discours audacieux, il dit : Changeons la façon dont nous envisageons de changer le monde.

Parce que si quelque chose mérite bien d’être lucratif, ce sont les organisations qui souhaitent soigner les maux du monde.

Son livre : Charity Case: How the Nonprofit Community Can Stand Up For Itself and Really Change the World (English Edition)

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.