Pour sauver le son d’un Stradivarius, toute une ville doit se taire

Le New York Times :

Les habitants de Crémone sont particulièrement sensibles au bruit en ce moment. La police a bouclé les rues du centre-ville, habituellement animé, et la circulation a été détournée. Lors d’une récente conférence de presse, le maire de la ville, Gianluca Galimberti, a imploré les citoyens de Crémone d’éviter tout bruit soudain et inutile.

Crémone abrite les ateliers de quelques-uns des meilleurs luthiers du monde, dont Antonio Stradivari, qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, produisit quelques-uns des meilleurs violons et violoncelles jamais fabriqués. La ville est à l’origine d’un ambitieux projet d’enregistrement numérique des sons des instruments Stradivarius pour la postérité, ainsi que d’autres d’Amati et Guarneri del Gesù, deux autres artisans crémonaises célèbres. Et ça veut dire qu’il faut se taire.

Quelle entreprise incroyable que ces gens fassent l’effort de capturer le son de ces magnifiques instruments.
A écouter aussi sur le NYT.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.