Publicités

Le Gak : le centre de données du géant coréen Naver

Le Gak : le centre de données du géant coréen Naver

Naver, souvent surnommé  » le Google de la Corée du Sud « , s’est établit en 1999 comme le premier portail web coréen à développer son propre moteur de recherche. L’entreprise a réussi à tenir ses concurrents à distance en fusionnant les dernières technologies avec l’esthétique coréenne. Il bénéficie également du soutien informel du gouvernement coréen.

Naver a été la première société Internet en Corée à construire et exploiter son propre centre de données, l’installation « Gak  » à Chuncheon, dans la province de Gangwon. Il a été conçu pour ressembler aux fermes traditionnelles de rizières en terrasses et figure dans le Top 10 des plus beaux centres de données.

Le centre de données ‘Gak’ est l’espace pour stocker en toute sécurité de nombreuses quantités de données numériques créées par les utilisateurs du site portail coréen de représentation ‘NAVER‘ et de la messagerie mobile globale ‘LINE‘.
Ce tableau média est l’écran permettant de fournir des informations sur la sécurité avec laquelle les utilisateurs stockent leurs données.
à travers les interactions entre les deux directions avec les visiteurs des RP Data Center ‘Gak’.
L’écran tactile transparent en haut montrant le modèle de Data Center ‘Gak’ sur la table et un autre écran LED placé en bas sont composés du premier écran multimédia double couche.
L’écran tactile transparent en haut et la LED en bas peuvent exprimer la sensation spatiale et maximiser l’effet visuel des informations combinées sur l’écran avec le modèle à l’intérieur.
Enfin, en quatre saisons – printemps, été, automne et hiver, ainsi que dans les pires conditions, il est conçu pour donner une grande impression aux utilisateurs avec les vidéos contenant la signification de protéger en toute sécurité les dossiers des utilisateurs.
Jusqu’à présent, de nombreuses personnes s’y sont rendues pour s’y divertir, ce qui a permis de leur présenter la confiance et l’impression sur le Data Center ‘Gak’.

Aujourd’hui, l’entreprise prend de l’expansion avec la construction d’une nouvelle installation pour alimenter la plate-forme de cloud computing publique qu’elle a lancée en avril 2017. Naver Cloud Platform offre déjà 30 services d’infrastructure de base liés à l’informatique, aux données, à la sécurité et au réseau, et promet d’être compétitif par rapport à AWS d’Amazon et Microsoft Azure.

Le terrain pour le centre de données a déjà été acquis et le projet devrait coûter 420 millions de dollars de plus sur trois ans.

« La capacité de l’entreprise à stocker, analyser et traiter rapidement et avec précision d’énormes quantités de données en mouvement dynamique sera le facteur le plus important de succès à l’avenir « , a déclaré Weon-gi Park, PDG de Naver Business Platform (NBP). « En investissant dans le nouveau centre de données en cloud, nous serons en mesure de renforcer notre leadership technologique à l’ère de l’IA. »

L’idée est de garantir la sécurité de ces données stockées, allant de la culture coréenne aux données personnelles : un lieu ambitieux et porteur de sens en particulier en ce moment.

Sur le site du Data Center Gak, voici ce qu’on peut apprendre sur la qualité de l’infrastructure :

NAVER reconnaît l’importance de l’environnement pour les entreprises durables, et toutes les initiatives de NAVER tiennent compte des considérations environnementales.

Beaucoup d’efforts et de nombreuses technologies ont été déployés pour faire en sorte que le centre de données de NAVER, Gak, soit aussi respectueux de l’environnement que possible. Ces efforts ont été reconnus lorsque Gak a reçu la certification LEED Platine (LEED-NC Platine V2009), obtenant un score supérieur à celui de n’importe quel centre de données dans le monde, soit 95 points.

Le Gak utilise des filtres AMU (Air Misting Unit), une technologie de refroidissement écologique, pour maximiser la réduction d’énergie. Grâce à ces initiatives, ainsi qu’à l’utilisation de technologies alternatives et respectueuses de l’environnement dans la mesure du possible, le Gak maintient un PUE (Power Usage Effectiveness) qui est plus proche de 1 que les autres centres de données en Corée du Sud.

Le Gak a été conçu en tenant compte de la géographie environnante, afin que le vent puisse servir de liquide de refroidissement naturel pour les serveurs. Les considérations environnementales guident d’autres initiatives de Gak, comme l’utilisation de l’énergie solaire et de l’énergie provenant de la chaleur des serveurs pour cultiver des plantes de serre, ou l’utilisation de l’eau de pluie comme liquide de refroidissement ou pour éteindre des incendies.

Le Gak est une référence de l’autre lieu symbolique de recueil de données qu’est le Kyujanggak, aussi connu sous le nom de Gyujanggak,
규장각 était la bibliothèque royale de la dynastie Joseon. Elle a été fondée en 1776 par ordre du roi Jeongjo de Joseon, à l’époque où elle était située sur le terrain du palais Changdeokgung. Aujourd’hui connues sous le nom de Kyujanggak Royal Library ou Kyujanggak Archives sont conservées par Kyujanggak Institute for Korean Studies à l’Université nationale de Séoul, située à Sillim-dong, Gwanak-gu à Séoul. Il sert de dépôt clé des documents historiques coréens et de centre de recherche et de publication d’une revue annuelle intitulée Kyujanggak.

Il tire son nom des œuvres calligraphiques impériales qui y sont conservées, le kyujang (奎章), qui signifie littéralement « écrits de Kyu« , une divinité savante, mais qui fait référence à des écrits d’inspiration divine, en particulier à ceux de l’empereur.

En 1782, la bibliothèque Kyujanggak extérieure (connue sous le nom d’Oegyujanggak) a été construite dans l’ancien palais royal de l’île de Ganghwa-do pour accueillir un surplus de livres de la bibliothèque principale Kyujanggak du palais Changdeokgung à Séoul, où les copies royales étaient conservées et où la plupart des copies ont été transférées.

Le rôle de la bibliothèque a subi divers changements après les réformes Gabo de 1894. En 1922, elle a été placée sous la juridiction de l’Université impériale de Keijo, qui a donné naissance à l’Université nationale de Séoul. La bibliothèque a déménagé à son emplacement actuel en 1990 et est devenue indépendante de la Bibliothèque centrale de l’Université nationale de Séoul en 1992.

Voici donc le genre de « monument », que je pourrais comparer aux bibliothèques antiques comme celle d’Alexandrie, symbole de puissance de la culture humaine et de la civilisation.

Data Center Gak

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :