Histoire du musée d’Orsay : de la gare parisienne au musée d’art de classe mondiale

Depuis des siècles, Paris a servi de centre de création par excellence. Attirant les bohémiens et les bon vivants, sa scène artistique florissante est caractérisée par une multitude de musées, dont le célèbre musée d’Orsay.

Mettant l’accent sur l’art français du milieu du XIXe siècle au début du XXe siècle, le musée d’Orsay présente quelques-uns des chefs-d’œuvre les plus étudiés et les plus célèbres du monde. En plus de sa collection renommée, le musée est également connu pour son histoire architecturale, comme l’opulent espace exploité à l’origine comme une gare ferroviaire.

C’est pourquoi le bâtiment lui-même est souvent considéré comme « la première œuvre d’art du musée d’Orsay ».

Histoire

En 1900, la compagnie ferroviaire d’Orléans transforme un terrain sur les bords de la Seine parisienne en gare d’Orsay (gare d’Orsay). Anciennement occupé par le Palais d’Orsay, édifice construit sous Napoléon et détruit en 1871 par la Commune de Paris, un gouvernement radical et révolutionnaire, ce site central était l’endroit idéal pour construire une gare animée.

Conçue par les architectes français Émile Bénard, Victor Laloux et Lucien Magne à la Belle Époque à Paris, la Gare d’Orsay allie une belle esthétique Beaux-Arts et des technologies de pointe. Il s’agissait notamment d’ascenseurs et d’escaliers mécaniques, de rampes d’accès pour les bagages et de voies électrifiées. Compte tenu de sa modernité, les débuts de la station sont prévus pour coïncider avec l’Exposition universelle de Paris de 1900. Cette exposition universelle avait pour but de mettre en lumière les innovations et les inventions qui transformaient le monde au tournant du siècle.

Cette exposition universelle avait pour but de mettre en lumière les innovations et les inventions qui transformaient le monde au tournant du siècle.

A la suite de cet événement, la gare d’Orsay a servi de terminus aux chemins de fer du sud-ouest de la France pendant près de quatre décennies. En 1939, cependant, ses quais se sont avérés trop courts pour des trains plus récents et plus longs, et elle a progressivement cessé d’être une gare ferroviaire. Pendant une grande partie du XXe siècle, elle a servi à diverses fins, allant d’un hôtel à un centre d’accueil pour les prisonniers libérés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Enfin, en 1977, le gouvernement a décidé de transformer l’espace sous-estimé en musée. ACT Architecture a été choisie pour réaliser le projet, qui  » respecterait l’architecture de Laloux tout en la réinterprétant en fonction de sa nouvelle fonction  » (musée d’Orsay). Le musée d’Orsay, inauguré en 1986, conserve l’aspect caractéristique de la station, caractérisé par sa verrière, sa salle aérée et voûtée, et ses horloges monumentales.

La Collection

Depuis ses grands débuts, le musée s’est doté d’une collection d’œuvres d’art réputée qui couvre la peinture, la sculpture, la photographie et les arts décoratifs. L’espace d’exposition est réparti de manière créative autour du musée insolite, qui comprend quatre niveaux principaux.

Au rez-de-chaussée se trouvent des œuvres d’art produites entre 1848 et le début des années 1870. La majeure partie de la collection de sculptures du musée est exposée dans la salle centrale, tandis que les pièces pré-impressionnistes – dont les peintures de Gustave Courbet – et le mobilier sont exposés dans les galeries adjacentes.

Au niveau suivant, des peintures et des pastels d’Europe centrale et du Nord, d’Angleterre et des États-Unis sont exposés aux côtés d’objets décoratifs Art Nouveau. Parmi les œuvres les plus marquantes figurent celles du peintre autrichien Gustav Klimt et de l’artiste norvégien Edvard Munch.

L’étage suivant expose des œuvres d’artistes post-impressionnistes comme Paul Gauguin, Vincent Van Gogh, Henri de Toulouse-Lautrec et Paul Seurat. Cet étage dispose également d’une terrasse où l’on peut admirer des œuvres d’Auguste Rodin et d’autres sculpteurs. Ces œuvres tridimensionnelles ont été conservées pour être « en dialogue avec les peintures post-impressionnistes ».

Le dernier étage du musée abrite son œuvre d’art la plus célèbre : ses peintures impressionnistes. Il s’agit de la plus grande collection d’impressionnisme au monde, avec plusieurs des chefs-d’œuvre les plus importants du mouvement, dont le Bal du Moulin de la Galette de Pierre-Auguste Renoir, Londres, Les Chambres du Parlement de Claude Monet et Le Petit Danseur d’Edgar Degas.

Si l’œuvre d’art est au centre de la scène, ce niveau abrite également un autre point culminant du musée : ses fameuses fenêtres d’horloge. Initialement conçues pour aider les navetteurs à se souvenir de l’heure, ces fenêtres rappellent l’époque où l’immeuble était une gare ferroviaire. Aujourd’hui, on en trouve un à chaque extrémité de l’étage supérieur, encadrant la collection impressionniste et offrant aux visiteurs du musée des panoramas imbattables sur Paris.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.