Rose Eveleth se penche sur la montée en puissance des masques faciaux, les raisons pour lesquelles nous en aurons besoin et comment ils se transforment rapidement en accessoires de mode. L’article inclut quelques réflexions intelligentes et des citations de Christina Xu.

L’avenir mondial de la qualité de l’air ne s’annonce pas très prometteur. Comme l’humanité continue de faire peu de progrès dans la lutte contre le changement climatique, on s’attend à ce que les incendies deviennent plus fréquents. Et dans certains cas, comme en Californie, cette nouvelle pollution efface des décennies d’amélioration de la qualité de l’air. […]

Xu souligne que la densité des environnements urbains dans ces pays contribue probablement à la popularité des masques. « Vous vous protégez de cet environnement urbain hyper dense et hyper concentré. » […]

Xu dit qu’elle voyait les choses se passer de plusieurs façons : Il pourrait être adopté par les fans de streetwear (Supreme vend déjà un masque facial, bien qu’il ne semble pas faire grand-chose en termes de sécurité ou de filtration) ou par les utilisateurs qui préfèrent l’esthétique Burning Man. Ou peut-être que le monde du bien-être adopte ces masques, auquel cas le design du produit serait très différent. « L’autre direction pourrait être la sorte de Lululemonification des masques, s’ils sont traités comme ces objets de bien-être essentiels et qu’ils entrent dans le monde des tissus de performance et des vêtements de sport et de loisir, » (….)

À l’avenir, ces masques pourraient être équipés de minuscules capteurs qui détecteront tout, des produits chimiques dangereux aux champs électriques à proximité.

Vox

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.