Publicités

Ces start-ups qui construisent la démocratie de demain

Ces start-ups qui construisent la démocratie de demain

Il y a plusieurs secteurs fondamentaux pour les fonds d’investissements qui sont trop peu mis en avant dans les médias : l’affirmation de sa citoyenneté et l’exercice de ses droits civiques, la liberté d’expression avec les newsrooms indépendantes et le journalisme, pour ne citer que 2 exemples.

Il y a cependant un large spectre de secteurs auxquels se dédient des organisations philanthropiques.
C’est le cas de Open Society Foundation, voici leur programme concernant le journalisme :

Pour que le journalisme ait de l’influence à l’ère numérique, ses processus de collecte, de production et de distribution de l’information doivent être transparents. La transparence gagne la confiance et l’engagement et permet aux journalistes de modérer les conversations – à l’intérieur ou à l’extérieur d’un média donné – en alimentant ces conversations avec des nouvelles et des articles de qualité, livrés de façon attrayante sur de multiples plateformes, en tout temps et en tout lieu. Lorsque le journalisme joue ce nouveau rôle dans la société, son impact peut être phénoménal. Là où des médias diversifiés et indépendants peuvent faire participer le public et prospérer, la qualité du débat public est meilleure, et plus une société est susceptible de devenir ouverte.

L’Open Society Program on Independent Journalism vise à soutenir les activités journalistiques lorsque ces activités font partie des rares sources d’information indépendantes et éthiques et s’engagent à remplir le rôle décrit ci-dessus.

Concrètement, le programme soutient des initiatives prometteuses menées par des individus ou des collectifs qui s’efforcent d’améliorer leur journalisme dans des circonstances difficiles, comme l’autocratie, la violence, la répression ou la pauvreté, ou dans des moments de grande opportunité, comme les premières élections démocratiques, les accords de paix ou les mobilisations sociales massives. Le programme appuie également les entreprises qui cherchent à mobiliser davantage leur public, à expérimenter la narration d’histoires, à développer de nouvelles sources de revenus ou à établir des réseaux avec leurs pairs au-delà des frontières ou des frontières invisibles établies par des groupes extrémistes ou le crime organisé. Nous accordons la priorité aux initiatives qui offrent des modèles transférables et reproductibles sur le terrain.

Voici la gestion de leurs investissements :

Vous pouvez également consulter les détail dans leur PDF.

Luminate a renouvelé son investissement dans New Media Ventures :

parce que nous croyons que c’est le moment de doubler notre soutien à ceux qui ont une vision audacieuse du changement positif. Dans la foulée des divisions croissantes et des tentatives visant à limiter la capacité des gens à participer au processus démocratique, nous croyons qu’il est impératif que les investisseurs ayant du capital de risque soutiennent les entrepreneurs diversifiés qui trouvent de nouvelles façons de raconter des histoires puissantes, de rendre la démocratie plus accessible et d’aider leurs collectivités à prospérer.

Parmi ces start-ups :

  • Blavity
    Aider des créateurs et des influenceurs multiculturels exceptionnels à toucher un public plus large, à amplifier leur message et à financer leurs activités.
  • SumOfUs
    Réduire le pouvoir croissant des entreprises en mobilisant des millions de membres de notre communauté
  • Sister District
    Sister District exploite l’énergie des bénévoles dans des endroits profondément bleus (ou rouges) et la dirige vers des endroits où elle peut avoir un impact réel.
  • Vote.org
    Vote.org utilise la technologie pour simplifier l’engagement politique, augmenter la participation électorale et renforcer la démocratie américaine.
  • CrowdTangle
    CrowdTangle aide les éditeurs à identifier les grandes histoires, à mesurer la performance sociale et à identifier les personnes influentes. Il est utilisé par les journaux, les stations de télévision, les médias numériques, les journalistes d’investigation, les sociétés de divertissement, les équipes sportives et les organisations à but non lucratif partout dans le monde. Des centaines de newsrooms et des milliers de journalistes utilisent cet outil chaque jour.
  • PushBlack
    Utiliser le pouvoir de l’organisation mobile pour tenir les Afro-Américains au courant des questions clés et les aider à passer à l’action.
  • Hearken
    Aider les newsrooms locales à faire participer le public de manière significative, du discours à la publication.
  • Coworker.org
    Aider les travailleurs à lancer, à mener et à gagner des campagnes pour changer leur lieu de travail
  • Attentive.ly (acquis par Blackbaud)
    Accroître l’engagement et la portée des campagnes en suivant ce que les gens disent sur les médias sociaux, en identifiant les personnes influentes et en améliorant le ciblage.
  • ActBlue Civics
    Organiser des collectes de fonds pour les candidats, les comités, les partis, les organisations et les c4 dans tout le pays.
  • Upworthy
    En mission pour changer ce à quoi le monde prête attention (Fusionné avec BON).
  •  Earn
    EARN est un organisme national sans but lucratif qui aide les familles de travailleurs à atteindre la prospérité grâce à l’épargne.
  • mRelief
    Une start-up à but non lucratif qui aide les gens à accéder aux services sociaux et à manger dignement.
    Le demandeur moyen d’un bon d’alimentation doit remplir une demande de plus de 20 pages ou répondre à un appel téléphonique de 90 minutes, puis soumettre jusqu’à 10 documents requis afin de savoir s’il est admissible au programme.
    Leur souhait est de changer le statu quo de ce processus et de faire en sorte que n’importe qui puisse avoir accès au filet de sécurité sans qu’il ne contribue à la situation déjà stressante de la pauvreté.

Concernant le journalisme, comment penser à l’investissement qui va fonctionner, tant pour les journalistes, que le journalisme et les investisseurs ? Voici 2 schéma produits par The GreenEfa :

La maison d’édition comme le WashingtonPost :

Mots-clés : journalisme traditionnel et médias de marque
Sources de financement : subventions et capitaux propres
Chiffre d’affaires : publicité et vente de contenus, vente de services

Le journalisme entrepreneurial : Xavier Drouot, Richard Gutjahr, Edwy Plenel

Esprit d’entrepreneur, journaliste libre, free-lance, entrepreneuriat
Sources de financement : fonds propres, fonds de dotation
Chiffre d’affaires : ventes de contenus (ventes publicitaires)

Le concept de journalisme participatif : Merkurist (Allemagne), Bellingcat (Royaume-Uni)

Mots-clés : interactif, communautaire, local, local, citoyen-reporter, soutenu par la technologie
Sources de financement : capital-risque et fonds propres
Chiffre d’affaires : publicité numérique locale et bannières classiques, contenus sponsorisés à partir de contenus locaux.
entreprises, vente de services

Le modèle coopératif : Projet R / Republik (Suisse), De Correspondent (Pays-Bas) dont j’ai déjà parlé ici, TAZ
(Allemagne), Krautreporter (Allemagne), Follow the money (Pays-Bas)

Mots-clés : propriété collective, adhésion
Sources de financement : capital-risque et capitaux propres, crowdfunding
Chiffre d’affaires : ventes de contenus (cotisations, abonnements)

Le modèle philanthropique : Correctiv (Allemagne), Civio (Espagne), ProPublica (USA)

Mots-clés : adhésion, organisme de bienfaisance, organisme sans but lucratif
Sources de financement : Capitaux propres : fonds de charité, dons, dons, cotisations des membres
Revenus : aucun (sans but lucratif)

Les réseaux de journalistes (internationaux) : Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), Reporters sans frontières, The Bureau of Investigative Journalism

Mots-clés : mondial, réseau, collaboration internationale, collaborations nationales
Sources de financement : Dons
Revenus : (organisme sans but lucratif)

Les médias publics : BBC (Royaume-Uni) regardez comment ils ont bâti un extraordinaire système collaboratif, ARD/ZDF

Mots-clés : service public
Sources de financement : fonds propres
Chiffre d’affaires : redevances obligatoires et ventes publicitaires

Lisez le PDF complet, c’est extrêmement intéressant pour connaître les mécanismes de chaque secteur.

Reste à savoir : si nous souhaitons une presse de qualité, ne devons-nous pas considérer que nous devons payer pour, quitte à ce que ce soit prélevé directement comme une taxe ? Comment gérer l’indépendance à ce niveau-là ? Quand on voit à qui appartiennent les plus grands médias ou qui bénéficient des plus grands revenus de l’information (Amazon, Facebook, Google et autres grands géants et industriels…), on peut se demander ce qui est le moins pire…

Lisez pour cela cet article du Guardian.

The Companies Disney Owns - TitleMax.com - Infographic
Developed by TitleMax.com

Tout est question ici de repenser Démocratie (je vous recommande d’ailleurs Circular Conversation, qui parte de valeurs métamodernes).

L’option de la décentralisation et des newsrooms fonctionnant sur la blockchain émerge également avec l’exemple dont j’ai beaucoup parlé de CIVIL (par ici pour en savoir plus).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :