Dites-moi si c’est familier : vous allez chez Franprix ou Monoprix, juste pour acheter quelques trucs. Du shampooing. Des bananes si elles sont mûres. Ensuite, vous allez à la caisse et vous avez dépensé 112€. Vous regardez le reçu. Ça s’additionne, mais où est passé votre argent ? Si seulement le reçu lui-même visualisait mieux nos dépenses que les seuls chiffres de la liste !

C’est exactement ce que fait un nouveau concept de la designer Susie Lu. Dans son travail de jour, Lu est ingénieur principal en visualisation de données chez Netflix. Dans ses temps libres, elle peint des paysages et dessine une bande dessinée hilarante. Avec ses autres temps libres, elle travaille depuis plusieurs mois à repenser notre façon de faire du shopping. Aujourd’hui, un reçu n’est rien d’autre qu’un bout de papier que la plupart d’entre nous jetons. Mais s’il pouvait réellement être conçu pour expliquer nos achats, il pourrait nous apprendre à dépenser de manière plus consciencieuse au fil du temps.
« J’ai été obligée de penser à des façons d’utiliser la visualisation des données pour redessiner les expériences quotidiennes « , dit Lu. « Parmi les cas d’utilisation que j’avais imaginés, le reçu était l’idée avec laquelle j’étais le plus excitée de jouer en premier. »

 

Elle a donc fait l’acquisition d’une imprimante thermique à basse résolution, du même type utilisé dans la plupart des magasins, et a commencé à coder et à concevoir quelque chose de mieux. Ce qu’elle a créé – en utilisant son propre reçu d’épicerie comme référence – était un meilleur reçu, avec trois éléments distincts. En plus, il comporte un graphique à bulles où les dépenses sont détaillées par catégorie. Dans son cas, « viande et fruits de mer » est une grosse bulle, représentant environ un tiers de ses dépenses, et « snacks » est une petite bulle, représentant seulement 10%.
En dessous, il y a aussi une liste détaillée standard pour référence. Mais chaque article individuel comporte un diagramme à barres qui lui est propre, représentant son coût par rapport à celui des autres articles de la catégorie. Un bifteck à 13 $ remplit la jauge, tandis qu’une saucisse piquante au jalapeno à 4 $ ne fait qu’un petit pourcentage. Dans l’ensemble, cette conception permet d’écrémer pour voir où vos sous sont allés par catégorie, et par article.

« J’ai trouvé [le plus] utile de comprendre par catégorie comment j’ai dépensé mon argent, » dit Lu. « J’aimerais voir ça en faisant plusieurs courses pour voir comment la tendance a changé d’une semaine à l’autre. »

Le projet a été plus difficile que ce que le produit fini peut paraître, en grande partie parce que le papier pour reçus imprimé thermiquement, omniprésent, avec sa faible résolution en bloc, est un support à petite échelle (et graphiquement trouble) comparé à la résolution cristalline et l’espace blanc quasi infini des applications et sites Web. Une limite spécifique que Lu a découverte au cours du processus était que l’imprimante ne pouvait pas dessiner de lignes horizontales, ce qui signifiait qu’elle devait utiliser divers trucs visuels au niveau des pixels pour créer ses diagrammes à barres, ainsi que les petites icônes de pain, de produits laitiers et de viande qu’elle avait également conçues.

Mais le résultat final est fantastique. C’est clair, utile et un peu excentrique – un trio parfait qui en ferait un modèle précieux pour tout grand épicier qui cherche à humaniser un peu son service à la clientèle. Quant à Lu, elle n’a pas l’intention d’aller plus loin. Mais elle espère bientôt sortir un autre projet, utilisant la visualisation de données pour refaire une autre expérience de la vie quotidienne.

Fastcompany

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.