Publicités

Le kayak en origami est de retour, et il est plus léger (et moins cher) que jamais

Le kayak en origami est de retour, et il est plus léger (et moins cher) que jamais

Mais à 699 $, ce n’est pas donné, non plus.

Les eaux de la Terre montent. Depuis 1880, le réchauffement de la planète a fait monter le niveau de la mer de huit pouces (20 cm), et les climatologues rapportent que le rythme de cette hausse ne fera qu’accélérer (de 5 à 10 cm de plus au cours du prochain siècle). C’est, bien sûr, ce qui est le plus préoccupant pour les habitants des villes côtières ; environ cinq millions d’Américains vivent à seulement 1m20 au-dessus de la marée haute.

Les villes se démènent pour réagir, mais elles ne sont peut-être pas en mesure de se déplacer assez rapidement. Entre-temps, les résidents de la côte pourraient vouloir investir dans de nouveaux moyens de transport.

Oru Kayak, une compagnie connue pour ses bateaux pliants innovants, vient d’annoncer le « Inlet kayak ». Ce kayak se replie et se déplie comme un morceau d’origami, si vous avez besoin de vous déplacer en cas d’inondation (ou si vous voulez simplement un bateau facile à transporter pour les loisirs).

[Photo : courtoisie d’Oru]

Ce n’est pas le premier bateau en origami de la compagnie. En 2016, Oru a mis sur le marché le canoë Onak, qui peut être démonté en quelques minutes à peine pour donner la taille d’une valise. Le kayak Inlet, cependant, est livré dans une boîte compacte pas plus grande qu’un étui de guitare avant l’assemblage et se déplie en un moyen de transport recyclable de 3 mètres sur 78 cm par la suite. Avec ses 20 livres, le nouveau kayak est 36 % plus léger que le bateau le plus léger d’Oru, The Bay ST, et il est 34 % plus petit que The Bay ST, à la fois dans sa boîte et complètement déroulé. Oru l’appelle « le kayak en origami le plus portable qui soit ».

Mais la taille compacte de l’inlet ne l’empêche pas de manipuler la même quantité de marchandises que Le Baie ST. Ces deux bateaux Oru sont destinés aux pagayeurs individuels et ont une capacité de charge de 150kg. La compagnie affirme que le kayak d’Inlet ne prend que trois minutes à assembler.


[Photo : courtoisie d’Oru]

Le kayak Inlet est différent de ses prédécesseurs, non seulement par sa taille et son poids, mais aussi par son design. Pour le lancement de ce produit, Oru a conçu un nouveau modèle de pliage, le premier remaniement important en sept ans d’histoire de l’entreprise. « Le nouveau modèle a été conçu par le bas pour être facile à assembler et plus compact que nos autres modèles « , explique Anton Willis, directeur du design chez Oru Kayak. « Cela signifiait optimiser chaque ligne de pli afin de minimiser l’espace perdu. Si vous ouvrez la boîte pliée, vous verrez que tous les angles de pliage sont tels que tout s’emboîte très serré. »

La structure mise à jour assure que la forme finale du kayak glisse plus proprement dans l’eau. « Cela a été un défi de conception assez intéressant « , dit Willis. « La nature de l’origami est que tout changement de ligne de pli a des effets d’ondulation sur l’ensemble de la forme, donc il y a eu beaucoup d’itérations pour s’assurer que tout fonctionne ensemble. »

Alors qu’il existe d‘autres kayaks pliants sur le marché, les kayaks d’Oru sont les seuls à utiliser des plis de type origami (dont la société a été pionnière en 2012). Le plus souvent, les kayaks pliables sont soit gonflables, soit fabriqués comme une tente de camping avec un tissu accroché à un cadre. Il n’est peut-être pas surprenant de constater que les kayaks gonflables ne fonctionnent pas toujours très bien dans l’eau et que les kayaks « peau sur cadre » sont difficiles à déployer. La technologie origami d’Oru permet aux kayaks d’être performants dans l’eau et conçus pour un montage simple. « L’Inlet est notre première incursion sur le marché du loisir, amenant notre technologie éprouvée à un public de masse, plus convivial pour les débutants « , explique M. Willis.

Cela ne veut pas dire qu’il est bon marché. Disponible chez Kickstarter, le kayak Inlet coûte 699 $, ce qui le rend plus abordable que les autres kayaks de la compagnie – c’est le seul bateau Oru disponible pour moins de 1 000 $ – mais toujours aussi cher comparativement à plusieurs kayaks (nettement moins portables) sur le marché.

Je suis convaincue depuis quelques années que l’origami sera omniprésent à l’avenir, je vous en parle ici, ici, ici et ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :