Publicités

Une nouvelle télécommande à commande buccale pourrait aider l’AR à devenir vraiment mobile

Une nouvelle télécommande à commande buccale pourrait aider l’AR à devenir vraiment mobile

ChewIt a été créé par Pablo Gallego Cascón, étudiant diplômé du Augmented Human Lab de l’Université d’Auckland.

ChewIt, une « interface intraorale » sans fil de la taille d’un losange, pourrait offrir une nouvelle façon pour les personnes qui ne peuvent utiliser leurs membres pour contrôler leur technologie personnelle.

Le créateur de ChewIt, Pablo Gallego Cascón, un étudiant diplômé du Augmented Human Lab de l’Université d’Auckland, voulait prototyper une technologie d’assistance qui « n’attire pas l’attention des autres et ne fait pas sentir [l’utilisateur] bizarre ». Une personne paralysée peut contrôler un fauteuil roulant en soufflant ou en sirotant de l’air à travers une paille montée près du visage, mais « ces interfaces ne sont pas aussi discrètes et naturelles qu’elles pourraient l’être », dit Cascón. ChewIt, de la taille d’une grosse pastille à la menthe, reste indétectable pour toute personne autre que celle qui l’utilise.

En plus de fonctionner comme un bouton physique lorsqu’il est pressé, l’extérieur semi-doux de ChewIt renferme un minuscule accéléromètre et un gyroscope qui enregistrent comment l’appareil est déplacé dans la bouche. Ces « gestes » oraux peuvent être programmés pour agir comme des commandes d’entrée : En retournant le ChewIt à l’intérieur de votre bouche, vous pourriez dire à un fauteuil roulant motorisé de commencer à bouger,  » et vous pourriez tourner la tête pour contrôler sa direction « , dit Cascón, ajoutant qu’il peaufine ses conceptions pour réduire tout risque d’étouffement.

L’équipe de Cascón prévoit de tester ChewIt avec des utilisateurs de fauteuils roulants du monde réel cette année et de le développer comme un vrai produit si les réactions sont positives. Mais ChewIt pourrait également être utile pour les utilisateurs non handicapés, dit Suranga Nanayakkara, qui dirige le laboratoire humain amélioré. En l’utilisant comme un contrôleur de réalité virtuelle qui change la vue en fonction des mouvements de la tête et de l’interaction des morsures/pression et élimine les téléphones encombrants en plastique, Nanayakkara dit, « pourrait permettre à l’AR et au VR de devenir vraiment mobiles ».

Je suis convaincue que cette technologie ira très très loin (en 2050 ?)

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :