Cette petite boutique de sushis est plus petite que la plupart des placards américains

La réutilisation adaptative à son meilleur : l’architecte Koichi Futatsumata explique comment il a transformé un vieil immeuble en 6 m carrés de bonheur.

C’est difficile à croire que c’était un pressing. Après une rénovation menée par le cabinet d’architecture japonais Case-Real, c’est maintenant Sushi Takigawa, un bâtiment en stuc à l’extérieur, qui révèle une expérience de restauration intime à l’intérieur. Situé à Fukuoka, au Japon, il place le chef cuisinier à l’avant-plan dans un espace d’à peine 6m2 – une superficie au sol qui est littéralement plus petite que de nombreux placards américains.


[Photo : Hiroshi Mizusaki/courtoisie Case-Real]

Cette empreinte confortable n’a jamais inquiété Koichi Futatsumata, un concepteur-designer d’espace. Il s’inspire du design traditionnel japonais, qui valorise la création d’un sens de l’ordre et de la fonction dans un espace restreint. Vous pouvez déjà le voir dans les ramen shops et les comptoirs de sushis à travers le pays, mais en regardant encore plus loin dans l’histoire, Futatsumata fait référence au Chashitsu, ou salon de thé japonais cérémonial).


[Photo : Hiroshi Mizusaki/courtoisie Case-Real]

Futatsumata dit qu’il a aimé le processus de conception, mais le vrai défi est venu de la géométrie du bois dans le comptoir incurvé du restaurant – un choix fait à la fois pour la façon dont il a centré le chef dans la pièce et pour la façon dont il a maximisé l’espace intérieur. Bien que les murs soient en cyprès, ce comptoir est en ginkgo (une variété de bois populaire pour la construction de bars à sushis). Étant donné que les comptoirs de ginkgo sont généralement coupés en ligne droite, ou en « L », il est généralement facile d’aligner plusieurs pièces prédécoupées pour avoir bonne allure. Mais Case-Real a eu du mal à trouver des planches assez larges pour remplir son design courbé d’une manière qui ne mélangerait pas plusieurs planches uniques façon patchwork. En fin de compte, ils ont opté pour un design à deux joints, entièrement réalisé avec des coupes provenant d’un seul gros morceau de ginkgo, ce qui a permis d’assortir les couleurs et le grain du bois.

Ces petits détails se mélangent dans un si petit espace. Si l’on ajoute à cela le fait que les concepteurs ont supprimé toutes les distractions du restaurant – le mur derrière le chef est une toile de fond neutre et tous les ustensiles de cuisine sont cachés – tout le restaurant devient le cadre parfait pour la véritable star : un chef qui prépare des bouchées de poisson parfaites.

Via Fastcompany

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.