Publicités

Ce whisky japonais de luxe peut être avant tout du scotch

Ce whisky japonais de luxe peut être avant tout du scotch

Ce qui se cache derrière la montée en puissance de la tendance des whiskies « world blend ».

Le whisky japonais est devenu l’un des spiritueux les plus appréciés au monde en assez peu de temps – les États-Unis ont importé pour 40 millions de dollars de whisky japonais, contre 6 millions en 2014 – mais il a un secret. La réalité est que le Japon n’a pratiquement aucune norme quant à ce que l’on peut appeler le « whisky japonais », comparé à la réglementation spécifique sur ce qui est un « bourbon » ou un « scotch« . Réfléchissez un instant : les ventes au détail de whisky et de scotch canadiens ont stagné au Japon de 2017 à 2018, mais le Japon a importé 70% plus de whisky canadien et 141% plus de single et blended grain d’Écosse pendant cette période. Suntory et Nikka Whisky contrôlent 80% du marché et ont éliminé les appellations de veillissement parce qu’ils n’avaient tout simplement plus rien de vieux.

Dans un exemple extrême, la distillerie Kurayoshi vend un pur malt de 18 ans d’âge et a ouvert en 2017. Disons que le whisky japonais se marie très bien avec la poutine ou le haggis.

Une grande partie de ce qui se retrouve dans les bouteilles japonaises provient du Canada et de l’Écosse. Selon l’entreprise d’analyse de boissons IWSR, le Japon a importé environ 70 % plus de whisky canadien en 2017 qu’il ne l’avait fait quatre ans auparavant. Au cours de la même période, les ventes au détail de whisky canadien en bouteille au Japon ont stagné.

La Scotch Whisky Association enregistre un phénomène similaire avec ses expéditions vers le Japon, mais à plus grande échelle.  Par ailleurs, les marchés japonais n’ont pas connu de hausse congruente des ventes de whisky écossais en bouteille.

Une grande partie de cette pratique est cachée à la vue de tous. Nikka a acheté une distillerie écossaise il y a 30 ans et en possède les avantages stratégiques. « La plus grande partie de notre stock importé provient d’Écosse depuis que nous avons acquis et redémarré la distillerie Ben Nevis en 1989 « , explique Naoki Tomoyoshi, responsable du développement commercial international chez Nikka. L’entreprise l’a intégré dans sa gamme Black Nikka Clear, non pas pour compenser les pénuries d’approvisionnement, mais parce que « notre style de production est basé sur les traditions écossaises », dit-il.

Vous pouvez écouter l’article entier ici :

Via Bloomberg.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :