Publicités

Limiter le transfert de messages sur WhatsApp a contribué à ralentir la désinformation

Limiter le transfert de messages sur WhatsApp a contribué à ralentir la désinformation

En janvier, WhatsApp a limité la fréquence à laquelle les messages peuvent être transférés – seulement cinq groupes au lieu de 256 – pour tenter de ralentir la propagation de la désinformation. De nouvelles recherches suggèrent que le changement fonctionne, mais qu’il est encore possible d’en faire plus.

Le contexte : Quand il s’agit de désinformation, Facebook et Twitter reçoivent le plus d’attention. Mais WhatsApp a influencé les élections au Brésil et en Inde.

Mesurer la désinformation sur WhatsApp peut être délicat car c’est un outil de chat crypté, mais il existe d’énormes groupes publics auxquels les gens peuvent se joindre. Les chercheurs se sont joints à des milliers de ces groupes publics au Brésil, en Inde et en Indonésie. Ils ont analysé près de six millions de messages publics dans trois pays.

Les résultats : Ils ont constaté que le changement de la limite de transmission à cinq ralentissait la diffusion de l’information. En vertu de la nouvelle limite, 80 % des messages sont morts en deux jours, mais 20 % étaient encore très viraux et ont atteint le réseau complet pendant cette période.

Prochaines étapes : Les chercheurs suggèrent que WhatsApp pourrait être plus efficace en adoptant une approche pratique de « quarantaine » et en limitant directement le transfert sur des messages spécifiques ou de personnes spécifiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :