Publicités

Cartographie des contre-cartes

Cartographie des contre-cartes

Comment un groupe de personnes de la tribu A:shiwi (Zuni) du Nouveau-Mexique récupère son histoire, son territoire, les noms qu’il a utilisés pendant des siècles et, d’une certaine façon, reprend possession de ses terres en créant ses propres « contre-cartes », montrant sa terre comme il voit et vit. Il s’agit aussi de lieux de vie, de prendre le temps, pas simplement de télécharger de l’information. Cliquez ici pour les photos des cartes, le court documentaire vidéo en tête de l’article, ainsi que les super courtes vidéos tout au long de la pièce.

Les cartes n’ont aucun souvenir de ce qu’était la terre avant. Peu d’entre nous ont pensé à se demander quelles vérités une carte peut cacher, ou se sont arrêtés pour considérer que les cartes ne nous disent pas d’où nous venons ou qui nous sommes. Beaucoup d’entre nous ne connaissent pas l’histoire de la terre dans les endroits où nous vivons ; nous n’avons pas pensé à chercher la topographie d’un mythe dans les rivières et collines environnantes. C’est peut-être parce que nous avons oublié comment écouter la terre qui nous entoure. […]

Ce n’est pas ainsi que Jim comprend l’emplacement de sa ferme. Il le sait par rapport au chemin sinueux de la rivière Zuni, à sa distance du Grand Canyon, à sa proximité de la source qui fournit l’eau essentielle à ses cultures, au lac Salé, au Zuni Pueblo, à la mémoire de son grand-père. […]

Sa peinture met en scène des plateaux enneigés, d’anciens villages agricoles, des buttes et des lacs, qui s’élèvent tous comme des îles de couleurs douces sur un fond vert et jaune. Les routes modernes croisent la toile en fines lignes noires. […]

Les cartes de Zuni, dit Jim, contiennent quelque chose de très important : une façon différente de regarder et de savoir. « Supposer que les gens ne regarderaient la terre que d’un point de vue qui est au-dessus et qui regarde droit vers le bas ne tient pas compte de l’humanité de la vie dans le paysage. » […]

Pour assurer la résilience et le bien-être des lieux où nous vivons, nous ne pouvons pas présumer que la terre est simplement à nous, un moyen d’atteindre nos propres fins. Les cartes de Zuni nous rappellent à tous que nous devons, nous aussi, prendre le temps d’écouter profondément, d’entendre et de partager des histoires dans lesquelles nous et la terre avons une voix égale.

Lisez l’article complet ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :