Publicités

L’élévation du niveau de la mer pourrait inonder des centaines de millions de personnes de plus que prévu

L’élévation du niveau de la mer pourrait inonder des centaines de millions de personnes de plus que prévu

Les chercheurs de Princeton ont découvert que beaucoup plus de gens vivent plus près de l’océan qu’on ne le croyait auparavant.

D’ici la fin du siècle, la montée des océans inondera presque certainement les terres où vivent des dizaines de millions de personnes, car l’accélération des changements climatiques réchauffe les eaux et fait fondre les nappes glaciaires.

Mais des estimations précises des populations vulnérables dépendent de mesures précises de la topographie de la planète, pour comprendre à quel point les communautés se sont installées près du niveau de la mer.

Une nouvelle étude visant à corriger les erreurs connues dans les modèles de montées antérieures révèle que les chercheurs ont peut-être sous-estimé de centaines de millions le nombre de personnes exposées aux marées montantes. C’est trois à quatre fois plus de personnes que prévu, selon les scénarios spécifiques.

Si ces estimations plus élevées s’avèrent exactes, elles augmenteront considérablement les dommages et les pertes en vies humaines causés par l’élévation du niveau de la mer, gonfleront les coûts des efforts d’adaptation, comme la construction de digues plus élevées, et intensifieront la migration massive loin des côtes.

Bon nombre des estimations à ce jour reposent essentiellement sur une carte tridimensionnelle de la planète produite à partir d’un système radar qui a volé à bord de la navette spatiale Endeavour de la NASA en 2000.

Mais il mesurait les surfaces supérieures – disons, la cime des gratte-ciel ou des arbres – plutôt que le sol nu. Cela a faussé les estimations de l’élévation, en particulier dans les zones densément peuplées ou à végétation dense.

Dans une étude publiée mardi dans Nature Communications, les chercheurs de Princeton ont utilisé des données lidar plus fiables pour former une forme d’apprentissage machine afin de réduire le « biais vertical » du modèle de la NASA.

La nouvelle analyse a révélé qu’environ 110 millions de personnes vivent déjà sur des terres qui tombent aujourd’hui sous la moyenne quotidienne des marées hautes, comparativement à environ 28 millions dans les modèles précédents.

Via Techreview

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :