Ce bâtiment à champignons nettoie l’air au fur et à mesure qu’il grandit

La plupart des matériaux de construction sont mauvais pour notre santé et notre environnement. Mais nous pouvons faire mieux.

Le bâtiment rond ressemble à un gâteau d’anniversaire géant recouvert de toiles d’araignées. C’est beau, mais un peu obsédant. Regardez de plus près, cependant, et vous verrez que cette structure n’a rien d’autre que de l’amour pour son environnement. Parce que pendant que des matériaux allant du béton à l’isolation détruisent notre environnement, le Pavillon de culture est entièrement fait de matériaux qui ont poussé sur cette planète.


[Photo : ErikMelander/courtoisie Krown]

Cela signifie que la charpente est en bois, que le plancher est fait de panneaux comprimés et que, en tant que pièce de résistance, les parois sont du mycélium, autrement dit le noyau de la racine fongique que l’on connaît mieux comme un « champignon » lorsqu’il fleurit pour se reproduire.
Le Pavillon de la Culture a été inauguré lors de la récente Semaine néerlandaise du Design à Eindhoven. Et l’atelier derrière le bâtiment, Krown-design, se spécialise dans la production de structures et même de meubles en mycélium. Comme Jan Berbee, cofondateur de l’entreprise, l’explique par courriel, les panneaux standard en mousse plastique rigide EPS que nous voyons sur la plupart des bâtiments émettent trois fois leur poids en CO2. Mais la croissance du mycélium compense en fait l’empreinte carbone d’un bâtiment, car le mycélium capture deux fois son poids en CO2.


[Photo : courtoisie de Krown]

Le processus de croissance n’a pas été si difficile. Il fallait façonner des moules et les remplir d’un substrat de déchets de chanvre sur lequel le mycélium se développerait. Ces moules étaient de grandes dimensions : 1m80 de haut et près de 1m de large. Pendant seulement une semaine, les panneaux se sont remplis de mycélium, puis ils ont été chauffés pour tuer et traiter le champignon, en durcissant le panneau et en s’assurant qu’il ne pousse pas à l’état sauvage. Le mycélium a ensuite été recouvert d’une couche protectrice d’origine biologique.
Berbee compare les propriétés du mycélium à celles du bois, soulignant qu’il tire sa force de sa masse. Cette substance possède certaines propriétés isolantes, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles on envisage de l’utiliser dans les bâtiments en croissance sur Mars.

Mais je me demande ce que c’est que de vivre dans un tel endroit. « Un produit à base de mycélium sent légèrement mauvais », concède Berbee. « Difficile de dire ce que[ce que ça sent]. Est-ce qu’un champignon sent mauvais ? Ou un pleurote ? » Peut-être. Mais ni l’un ni l’autre de ces produits ne pourrait sentir pire que l’un des matériaux préférés de l’industrie de la construction : le formaldéhyde.

Via Fastcompany

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.