Comment nous nous souvenons mal des origines d’Internet

Ingrid Burrington explique comment le récent anniversaire des origines d’Internet a été célébré et encadré comme une grande partie de l’histoire de la Silicon Valley et de ses travaux en cours. Développé dans un vide politique, à travers « des actions et des expériences ad hoc entreprises avec peu de prévoyance ou de postérité ».

Dans la pratique, l’esprit pionnier de la Californie s’est traduit par la destruction de l’environnement, le racisme et le déchirement des tissus sociaux existants. […]

Dans les milieux de la culture populaire et de l’industrie, l’histoire de l’ARPANET, comme la plupart de l’histoire d’Internet, est racontée dans un vide politique, car c’est ainsi que la plupart des personnes impliquées dans sa création ont traité le projet. […]

En mettant l’accent sur les innovations techniques (et le dévouement obsessionnel à leur égard) comme étant plus importantes que les contextes politiques et économiques dans lesquels elles ont germé, les barbes grises de l’histoire d’Internet et les machines de relations publiques de l’industrie technologique perpétuent l’illusion que la technologie existe magiquement en dehors de la politique, plutôt que dans un dialogue constant avec elle.

L’insipidité du premier message d’ARPANET nous rappelle le sophisme de ce genre de récit apolitique et monumental sur les avantages et les inconvénients de la technologie. Peu d’événements isolés dans le développement d’Internet ont été aussi héroïques que nous pouvons l’imaginer, ou aussi néfastes que nous pouvons le craindre. Mais même les événements les plus ponctuels se sont produits dans un contexte idéologique particulier. Quel est le résultat du fait d’ignorer ou de nier allègrement ce contexte ? Et voilà ce qui se passe : Ça ressemble beaucoup à 2019.

A lire sur NewRepublic

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.