Des millions de dollars pour la famille grâce à  » Baby Shark  » derrière un refrain contagieux

C’était pratiquement l’hymne de la World Series de cette année, avec des dizaines de milliers de fans des championnats nationaux de Washington applaudissant à l’unisson et criant « Baby Shark, doo-doo doo-doo doo-doo doo-doo-doo« .

Au Liban, c’est devenu un cri de ralliement après qu’une vidéo de manifestants chantant pour apaiser un tout-petit effrayé soit devenue virale. Et dans bien d’autres endroits, le refrain a suscité la dérision, l’humoriste Jimmy Kimmel suggérant que son créateur devrait être emprisonné à vie : et je suis ENTIÈREMENT d’accord, c’est juste une torture d’abrutissement !

Au contraire, la mélodie accrocheuse d’une famille de requins est devenue si lucrative que la famille coréenne derrière elle est maintenant assise sur une fortune de plusieurs millions de dollars en croissance rapide.

Kim Min-seok a cofondé la société SmartStudy Co. en 2010, et cinq ans plus tard, sa marque éducative pour enfants Pinkfong a lancé « Baby Shark ». Son père dirige Samsung Publishing Co. qui possède également une partie de la start-up. La fortune familiale, basée sur les participations détenues par les proches parents de Kim dans ces deux sociétés, s’élève aujourd’hui à environ 125 millions de dollars, en grande partie grâce à cette chanson.

SmartStudy a refusé de commenter la richesse de la famille.

Les parts de Samsung Publishing ont grimpé de 89% la semaine où les World Series ont commencé alors que les médias locaux rapportaient la popularité croissante de la chanson parmi les fans de baseball américains. Gerardo Parra, le joueur du championnat national, a commencé à s’en servir, ce qui a entraîné des chants de foule avec des gestes de requin-mâchoire, des scènes qui ont résonné à la télévision lorsque l’équipe a commencé à sortir d’un début de saison compliqué. Ils ont parcouru la vague jusqu’au championnat.

La famille Kim détient 63 % de Samsung Publishing, qui détient à son tour 21 % de SmartStudy. Kim détient également une participation directe de 23 % dans la startup, que Bloomberg a évaluée en la comparant à quatre sociétés cotées en bourse.

Kim, 38 ans, n’avait pas vraiment l’intention d’écrire une chanson à succès mondiale. Après avoir travaillé pour des sociétés de jeux comme Nexon et développé du contenu pour enfants chez Samsung Publishing, il a cofondé SmartStudy pour se concentrer sur le marché croissant du contenu éducatif pour smartphones.

Les débuts du réalisateur d’app-to-vidéo ont été difficiles, mais ils ont fini par s’accélérer à mesure que la vidéo de Baby Shark a fait sensation, a déclaré le directeur financier Seungkyu Lee dans une interview accordée en janvier. L’an dernier, les revenus du démarrage ont bondi d’environ 47 % pour atteindre 40 milliards de won (34,3 millions de dollars). La chanson a recueilli plus de 3,8 milliards de visites sur YouTube et a atteint cette année le palmarès Billboard Hot 100. Il y a aussi un concert pour les enfants, Baby Shark Live !

Via Bloomberg

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.