Juste assez d’Internet

Dans une version essai d’une conférence donnée par Rachel Coldicutt à la BBC Research & Development and PublicSpaces, elle parle de comment le secteur public devrait arrêter de « suivre les grandes entreprises, et penser au contrat social ». Elle soulève un certain nombre d’excellents points, se référant à son expérience à la BBC, sur les mesures, les méthodes de travail et les « nouvelles décisions ». Bien qu’il s’agisse principalement de services numériques, il s’agit en fait d’une question à laquelle les services publics devraient penser dans tous les aspects de leur travail ; que la concurrence avec le secteur privé, surtout si l’on utilise leurs paramètres, contribue à améliorer le service… ou pire. En fait, ce doit être un thème pour beaucoup de ce que tout le monde fait ces jours-ci : Qu’est-ce qui est suffisant ? Qu’est-ce qui est approprié ?

La création de ce nouveau contrat social exige de nouvelles normes, de nouvelles institutions, de nouvelles lois – et un secteur public plus fort, prêt à tenir un espace différent : soutenir différents types de progrès, mesurer différents types de succès et célébrer un type d’innovation différent de celui des grandes plateformes technologiques et des sociétés de capital-risque. […]

Si la réponse des entreprises est d’ajouter des données à tout, le secteur public devrait peut-être être plus mesuré. Peut-être qu’un service public Internet devrait être un modèle de retenue, un contrepoids au ballast des données de pointe, qui en sait et en fournit juste assez. […]

Mais les services publics financés par les contribuables ont besoin de moyens différents de ceux d’Amazon et de Google ; ils ne doivent pas se sentir magiques, ils doivent être légers, ils doivent répondre aux besoins sociaux et pas seulement aux besoins des utilisateurs ; ils doivent fonctionner dans leur contexte et non simplement remplir une tâche à accomplir. Parfois, ils devraient faire preuve de compassion. […]

Cela pourrait ressembler à une politique de technologie suffisante : juste assez pour qu’elle fonctionne mieux pour les gens qui comptent. … Ce qui pourrait aussi être la meilleure chose pour la planète.

Lisez la conférence en entier sur Doteveryone

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.