L’écart d’inégalité mondiale et son évolution au cours des 200 dernières années

Comment l’écart d’inégalité mondiale a changé en 200 ans

Qu’est-ce qui rend une personne en bonne santé, riche et sage ? L’Indice de développement humain (IDH) de l’ONU le mesure en fonction de l’espérance de vie, du revenu moyen et du nombre d’années d’études.

Cependant, la valeur de chaque mesure varie considérablement selon l’endroit où vous vivez. La visualisation des données d’aujourd’hui de Max Roser à Our World in Data résume cinq dimensions fondamentales du développement dans tous les pays – et comment notre niveau de vie moyen a évolué depuis 1800.

Santé : Taux de mortalité et espérance de vie

Les taux de mortalité infantile et l’espérance de vie à la naissance sont des signes révélateurs du niveau de vie global d’un pays, car ils indiquent la capacité d’une population à accéder aux services de santé.

  • L’Islande se situait en tête de ce classement en 2017, avec un taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans de seulement 0,21%. l’autre extrémité du spectre, la Somalie avait le taux de mortalité infantile le plus élevé, soit 12,7 %, soit plus de trois fois la moyenne mondiale actuelle.

Bien qu’il y ait un contraste frappant entre les pays les plus performants et les moins performants, il est clair que même la Somalie a fait des progrès considérables depuis 1800. À cette époque, le taux moyen de mortalité infantile dans le monde était de 43%, ce qui est énorme.

La baisse de la mortalité infantile est également liée à l’allongement de l’espérance de vie. En 1800, l’espérance de vie moyenne était celle d’un millenial d’aujourd’hui, soit 29 ans seulement :

Aujourd’hui, la moyenne mondiale a grimpé jusqu’à 72,2 ans, avec des régions comme le Japon dépassant de plus d’une décennie cette référence.

  • L’éducation : Nombre moyen et prévu d’années de scolarité
  • Les niveaux d’éducation sont mesurés de deux façons distinctes :
  • Années moyennes : le nombre moyen d’années qu’une personne âgée de 25 ans et plus reçoit au cours de sa vie.
  • Années prévues : le nombre total d’années qu’un enfant de 2 ans est susceptible de passer à l’école.

Dans les années 1800, la durée moyenne et prévue de l’éducation était de moins d’un an – 78 jours seulement pour être précis. Les taux de fréquentation scolaire étaient faibles parce qu’on s’attendait à ce que les enfants travaillent pendant les récoltes ou qu’ils contractent des maladies de longue durée qui les gardaient à la maison.

Depuis lors, les niveaux d’éducation se sont considérablement améliorés :

La recherche montre qu‘investir dans l’éducation peut réduire considérablement l’écart d’inégalité. Juste une année d’école de plus :

  • Augmenter le revenu d’une personne jusqu’à 10 %.
  • Augmenter la croissance annuelle moyenne du PIB de 0,37%.
  • Réduire la probabilité de maternité de 7,3%.
  • Réduire la probabilité de mariage des enfants de plus de 5 points de pourcentage

L’éducation a une forte corrélation avec la richesse individuelle, qui se répercute sur la richesse nationale. Il n’est pas surprenant de constater que le revenu moyen a aussi beaucoup augmenté en deux siècles.

Richesse : PIB moyen par habitant

Les niveaux d’inégalité mondiaux sont les plus marqués en ce qui concerne le PIB par habitant. Alors que les États-Unis se situent à 54 225 dollars par personne en 2017, le Qatar, pays riche en ressources, rapporte plus du double de ce montant, soit 116 936 dollars par personne.

Le PIB mondial moyen par habitant est de 15 469 dollars, mais l’inégalité biaise fortement la partie inférieure de ces valeurs.

  • En République centrafricaine, le PIB par habitant n’est plus que de 661 dollars aujourd’hui, ce qui est comparable au revenu moyen d’il y a deux cents ans.

Un cycle vertueux

Ces mesures de développement se complètent clairement les unes les autres. L’allongement de l’espérance de vie est une indication de l’accès croissant d’une société aux options de soins de santé. Si l’on ajoute à cela un plus grand nombre d’années d’études, en particulier pour les femmes, cela a eu un effet d’entraînement sur la baisse des taux de fécondité, ce qui a contribué à l’augmentation des revenus par habitant.

Les gens s’entendent largement sur ce qui entre dans le bien-être humain : la vie, la santé, la subsistance, la prospérité, la paix, la liberté, la sécurité, la connaissance, les loisirs, le bonheur… S’ils se sont améliorés avec le temps, c’est, je pense, du progrès….

Même si cela ne prend pas en compte des inégalités autres et injustes…

Publicités

1 commentaire sur “L’écart d’inégalité mondiale et son évolution au cours des 200 dernières années”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.