Monde câblé : 35 ans de câbles sous-marins sur une carte

Vous pourriez lire cet article de presque n’importe où dans le monde et il y a de fortes chances qu’il soit chargé en quelques secondes seulement.

L’époque où les images chargeaient les pixels ligne par ligne est révolue depuis longtemps. Désormais, même les vidéos de haute qualité sont instantanément accessibles de presque partout. Comment Internet est-il devenu si rapide ? Parce qu’il se déplace à la vitesse de la lumière.

L’autoroute de l’information

Le miracle de la fibre optique moderne peut être attribué à un seul homme, Narinder Singh Kapany. Le jeune physicien était sceptique lorsque ses professeurs affirmèrent que la lumière « voyage toujours en ligne droite ». Ses explorations sur le comportement de la lumière ont finalement mené à la création de fibres optiques, c’est-à-dire, essentiellement, à l’émission de lumière à travers un mince tube de verre.

L’étape suivante vers l’utilisation de la fibre optique comme moyen de communication a été la réduction du taux d’atténuation du câble. Tout au long des années 1960-70, les entreprises ont fait des gains dans la fabrication, réduisant le nombre d’impuretés et permettant à la lumière de traverser de grandes distances sans une diminution spectaculaire de l’intensité du signal.

Au milieu des années 1980, les câbles à fibre optique longue distance avaient finalement atteint le stade de la faisabilité.

Traversée de l’étang

Le premier câble intercontinental à fibre optique a été tendu sur le plancher de l’océan Atlantique en 1988. Le câble – connu sous le nom de TAT-8* – a été lancé par trois entreprises : AT&T, France Télécom et British Telecom. Le câble pouvait transporter l’équivalent de 40 000 canaux téléphoniques, soit dix fois plus que son prédécesseur galvanique, le TAT-7.

Une fois que les plis du nouveau câble ont été réglés, les vannes étaient ouvertes. Au cours des années 1990, de nombreux autres câbles ont touché le fond de l’océan. À l’aube du nouveau millénaire, tous les continents peuplés de la Terre étaient reliés par des câbles à fibres optiques. Le réseau physique de l’Internet commençait à prendre forme.

Comme le montre la vidéo d’aujourd’hui d’ESRI, le début des années 2000 a connu un boom dans le développement des câbles sous-marins, reflétant la hausse de l’utilisation d’Internet dans le monde. En 2001 seulement, huit nouveaux câbles ont relié l’Amérique du Nord et l’Europe.

Entre 2016 et 2020, plus de 100 nouveaux câbles ont été posés, pour une valeur estimée à 14 milliards de dollars. Désormais, même les îles polynésiennes les plus reculées ont accès à Internet haut débit grâce aux câbles sous-marins.

*TAT-8 n’apparaît pas dans la vidéo ci-dessus, car il a été mis à la retraite en 2002.

La nature changeante de la construction des câbles

Même si presque tous les coins du globe sont aujourd’hui physiquement connectés, le rythme de construction des câbles ne ralentit pas.

Ceci est dû à la capacité croissante de nouveaux câbles et à notre appétit pour un contenu vidéo de haute qualité. Les nouveaux câbles sont si efficaces que la majeure partie de la capacité potentielle le long des grands tracés de câbles proviendra de câbles qui ont moins de cinq ans.

Traditionnellement, un consortium d’entreprises de télécommunications ou de gouvernements finançait la construction de câbles, mais les entreprises de technologie financent de plus en plus leurs propres réseaux de câbles sous-marins.

Amazon, Microsoft et Google détiennent près de 65 % du marché du stockage de données en cloud, il est donc compréhensible qu’ils souhaitent également contrôler les moyens physiques de transport de ces données.

Ces trois sociétés possèdent maintenant 63 605 milles de câbles sous-marins. Bien que la pose de câbles soit une entreprise coûteuse, il est nécessaire de répondre à la demande croissante des fournisseurs de contenu, dont la part de transmission de données est passée d’environ 8% à près de 40% au cours de la dernière décennie.

Un brillant avenir pour la fibre noire

Dans le même temps, davantage de câbles vieillissants seront retirés du réseau. Même si les signaux ne transitent plus par ce réseau de « fibre noire », ils sont toujours utilisés de manière productive. Il s’avère que les câbles de télécommunications sous-marins constituent un réseau sismique très efficace qui aide les chercheurs à étudier les tremblements de terre en mer et les structures géologiques du fond marin

VIa VisualCapitalist

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.