Comment les scientifiques utilisent les dessins des enfants, les pièces rondes et les peintures rupestres pour mieux comprendre comment les esprits luttent pour partager leur monde intérieur

Moira Dillon étudie comment  » le monde physique dans lequel nous vivons façonne le monde abstrait dans lequel nous pensons « . Dans cet épisode, youarenotsosmart se rend à son laboratoire pour le Developing Mind à la NYU pour s’y asseoir et lui poser un zillion de questions sur la façon dont le cerveau crée la réalité avec laquelle nous interagissons, et comment nous essayons de communiquer cette réalité aux autres par le biais du langage, de l’art, de la géométrie et des mathématiques.

Moira Dillon étudie comment le cerveau utilise le raisonnement spatial pour localiser des objets dans sa  » salle ronde  » à l’Université de New York

La question : Comment un organisme communique-t-il ce qu’il vit dans un médium symbolique afin de pouvoir transférer cette information d’un esprit à l’autre ?

Vous apprendrez tout sur le travail de Dillon en étudiant les dessins d’enfants (et d’adultes), le raisonnement spatial à l’intérieur de sa « salle ronde » spéciale à la NYU, et « la sensibilité des enfants aux changements de forme dans les formes visuelles en 2D », qui éclairent comme jamais auparavant la façon dont nous transformons la réalité objective en nos hallucinations abstraites personnelles, et parfois convenues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.