« Réprimande historique  » : ce que disent les journaux américains au sujet de la destitution de Trump

Un seul mot résume la situation à la une de nombreux journaux, mais les journaux pro-Trump insistent sur le fait que le procès au Sénat sera un « enterrement » pour les démocrates.

Il n’y a pas eu beaucoup de débat sur le sujet d’actualité aux Etats-Unis jeudi matin, les deux votes pour destituer Donald Trump approchant la couverture universelle.

Le Washington Post, l’un des journaux les moins appréciés du président, fait la une : « Trump impeached ». Il consacre toute sa première page à la couverture, sous la photo de la conférencière Nancy Pelosi. Un titre se lit comme suit : « Une destitution qui reflète sa présidence : Perturbation et division ». A côté d’une photo du président lors du rassemblement qu’il a organisé en même temps que le vote de la Chambre, le Post fait la une des journaux : « Chemin peu clair vers un quasi certain acquittement du Sénat ».

Sur Twitter, le journal a également publié les premières pages de la destitution de Clinton (1998) et d’Andrew Johnson (1868).

Le New York Times porte exactement le même titre (« Trump impeached »), disant qu’après « des arguments féroces, House approuve une accusation d’abus de pouvoir ».

L’éditorial des journaux dit que les républicains « le suivent (Trump) en bas » et que « ignorer les faits et détruire le processus de destitution n’est pas un moyen de protéger la démocratie« . Il dit qu’il y a beaucoup de reproches à faire, « mais le nihilisme de ce moment – la destruction des garanties constitutionnelles, le mépris des faits, l’acceptation de la corruption, l’indifférence aux précédents historiques et l’ingérence étrangère dans la politique américaine – est dû principalement à la lâcheté et à l’opportunisme des dirigeants républicains qui ont choisi de rejeter les normes et positions passées de leur parti pour suivre Donald Trump jusqu’en fin. ».

USA Today éclabousse d’un mot : « Impeached », et dit que la destitution Clinton est une « étude en contraste ». Le titre éditorial du journal est : « Les défenseurs de la destitution de Donald Trump ont créé un dangereux précédent. »

« Les républicains ont adopté toute une série de comportements qui compromettront la capacité du Congrès à contrôler l’abus de pouvoir présidentiel « , écrit-il, ajoutant que les jurés du Sénat comme Lindsay Graham, qui a déclaré qu’il ne prétendra pas être juste dans le procès de destitution,  » sont de connivence avec les avocats de la défense pour aider à garantir un résultat favorable au procès « .

La couverture du magazine Politico comporte également un titre d’un seul mot : « destitué« , sur une photo de Trump. Il dit que la maison a livré une « réprimande historique » et décrit la conduite de Trump comme « un ego meurtri, une éruption de Twitter et un rallye sinueux ».

Le journal rapporte que, bien que la Maison-Blanche ait tenu à suggérer qu’il s’agissait d’une journée normale pour le président, et que Trump était  » occupé à travailler et qu’entre les réunions, il ne prenait que des extraits de l’action à la Chambre, son fil Twitter a démenti cette affirmation et montré un président obsédé par le caractère historique de cette journée « .

Politico a dit qu’à travers quatre douzaines de tweets et de retweets, « Trump n’a pas hésité à peser sur son média préféré. « DES MENSONGES AUSSI ATROCES DE LA PART DE LA GAUCHE RADICALE, NE FONT RIEN AUX DÉMOCRATES. C’EST UNE ASSAULT SUR L’AMÉRIQUE, ET UNE ASSAULT SUR LA RÉPUBLIQUE !!!!!!, » a-t-il tweeté vers mercredi midi. »

Le New York Post dirige le camp pro-Trump, attaquant la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, avec le titre : « C’est ton enterrement », ajoutant que « La maîtresse des marais Pelosi s’habille en noir pour un vote historique ».

Le Wall Street Journal ne consacre que la moitié supérieure de sa première page à Trump, faisant écho aux autres avec le titre « President Impeached ». Le titre de son éditorial est : « Cette folie de mise en accusation » et dit que les démocrates ont raté leur coup.

« Ils n’ont pas réussi à convaincre le pays ; ils ont fixé une nouvelle norme peu exigeante pour destituer un président ; M. Trump sera acquitté au Sénat ; et les démocrates ont peut-être aidé M. Trump à être réélu. Félicitations à la Résistance « , dit-il.

« Le problème n’est pas la conscience des GOP, c’est l’argument faible et malhonnête des démocrates en faveur de la destitution « , a déclaré l’éditorial.

Via TheGuardian

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.