L’impression 3D va remodeler la vente au détail de ces 4 façons

Oubliez les prototypes coûteux, la fabrication textile traditionnelle, les rappels de produits et autres. L’impression 3D est sur le point de bouleverser toute l’industrie de la vente au détail.

Forme précise de fabrication additive, l’impression 3D peut créer un produit à partir de presque n’importe quel matériau à l’échelle de masse, générant de grandes quantités tout en adaptant individuellement chaque produit aux consommateurs.

L’essor des vêtements imprimés en 3D

En 2010, Kevin Rustagi était frustré. Tout comme ses amis Aman Advano, Kit Hickey et Gihan Amarasiriwardena.

Ces quatre récents diplômés du MIT avaient été poussés dans le monde du travail, où ils ont rapidement découvert qu’ils détestaient leurs tenues. Les vêtements de travail étaient « nuls ». Et ça n’avait pas de sens : les athlètes devaient se produire dans toutes sortes d’équipements de haute technologie, mais les comptables devaient se contenter de Dockers ?

Alors ils ont décidé d’apporter un petit coup de pouce à la salle de conférence. Ensemble, ils ont formé Ministry of Supply, une entreprise de vêtements qui voulait emprunter à la NASA la technologie des combinaisons spatiales pour une ligne de chemises.

En 2011, avec un objectif initial de collecte de fonds de 30 000 $, une campagne Kickstarter fugace leur a permis de récolter près d’un demi-million de dollars. Ils étaient en affaires.

Peu de temps après, la chemise « Apollo » a été lancée sur le marché. La chemise utilise des « matériaux à changement de phase » pour contrôler la chaleur corporelle et réduire la transpiration et les odeurs. Elle s’adapte également à la forme du porteur, et reste bordée et sans plis toute la journée. Comme TechCrunch l’a résumé, « En substance, c’est une chemise magique. »

Cette chemise magique a mené à des pantalons, des costumes et plus encore. Ministry of Supply fabrique maintenant des vêtements intelligents de haute performance pour les deux sexes, y compris une nouvelle ligne de vestes intelligentes qui répondent aux commandes vocales et apprennent à chauffer automatiquement à la température désirée.

Et récemment, ils ont étendu leur approche de haute technologie à la fabrication. Rendez-vous dans leur magasin de Boston, sur la rue Newbury, et vous pourrez faire imprimer votre chemise haute performance – ou même votre costume, votre blouse et votre pantalon – en 3D pendant que vous attendez. Cela prend environ 90 minutes. Et la machine est une merveille. Avec 4 000 aiguilles individuelles et une douzaine de fils différents, l’imprimante peut créer toutes les combinaisons de matières et de couleurs souhaitées, sans aucun gaspillage.

Si vous ne pouvez pas vous rendre à Boston, ce n’est pas un problème. De nos jours, si vous voulez des vêtements imprimés en 3D, tout ce dont vous avez besoin est un smartphone.

Depuis l’introduction en 2015 par le créateur de mode Danit Peleg de la première ligne de vêtements imprimés en 3D disponible sur le Web, une demi-douzaine de créateurs ont suivi le mouvement. Reebok et New Balance déploient tous deux cette technologie, le premier pour améliorer la vitesse et la qualité de ses installations de fabrication, le second pour fabriquer des semelles intérieures personnalisées pour les athlètes. Et beaucoup d’autres maisons de mode ne sont pas loin derrière.

L’impression 3D dans tous les secteurs de la vente au détail

Mais la mode n’est qu’une partie de l’histoire, car l’impression 3D fait maintenant son apparition dans tous les commerces de détail.

Staples, l’entreprise de fournitures de bureau, offre ce service depuis des années. Elle a récemment lancé une version en ligne qui permet aux clients de télécharger des modèles de produits de bureau depuis leur domicile, aux employés de Staples de les imprimer en magasin et au produit final d’être livré à votre porte.

Le fabricant français Leroy Merlin a même franchi une étape supplémentaire en permettant aux clients d’imprimer des articles de quincaillerie sur mesure dans leurs magasins. Vous avez besoin d’un clou à tête plate ou d’une clé à douille faite pour atteindre les coins ? Ils ont tout ce qu’il faut.

Et c’est seulement là où nous en sommes aujourd’hui. Au cours des dix prochaines années, l’impression en 3D remodèlera le commerce de détail de quatre façons principales :

  1. La fin de la chaîne d’approvisionnement : Grâce à l’impression 3D, les détaillants peuvent désormais acheter des matières premières et imprimer eux-mêmes leurs stocks, soit dans les entrepôts, soit dans le point de vente au détail. Cela signifie la fin des fournisseurs, des fabricants et des distributeurs.
  2. La fin des déchets : D’accord, peut-être pas la fin complète des déchets, mais comme les consommateurs préfèrent de plus en plus les produits écologiques et que les détaillants cherchent à minimiser le coût des matériaux, l’exactitude de l’impression 3D est une solution toute prête.
  3. La fin du marché des pièces de rechange : Si vous êtes un agriculteur et que votre tracteur se brise pendant la période des récoltes, attendre quelques jours pour une pièce de rechange pourrait mettre en péril toute la saison. Une imprimante 3D résout ce problème. Et elle résoudra le même problème pour tout, des cafetières aux roues de skateboard. Cela ne signifie pas seulement la fin du commerce des pièces de rechange, mais aussi une nouvelle longévité pour les produits que nous achetons.
  4. L’essor des produits conçus par les utilisateurs : Bien sûr, il y aura toujours une version d’Apple sur le marché – une société très axée sur le design qui sort des produits si élégants qu’ils trouvent toujours un acheteur. Pourtant, pour tout, de la mode au mobilier, le « design client » remplacera le « design designer » comme nouvelle norme.

Réflexions finales

Au cours de la prochaine décennie, nous verrons Alexa passer nos commandes, des imprimantes 3D fabriquer ces commandes, et des drones livrer les résultats à nos portes. Le centre commercial tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existera plus. Seules les expériences de vente au détail impliquant des miroirs d’essai virtuels, des assistants d’achat personnalisés et de nouvelles technologies survivront.

Préparez-vous à un avenir où la chaîne d’approvisionnement du commerce de détail sera simplifiée et localisée, avec une impression 3D sur place qui pourra répondre à toute demande.

Nous devons commencer à réfléchir dès maintenant au prochain défi : dans un avenir qui exige davantage d’expéditions individuelles, comment pouvons-nous créer des véhicules de transport sans émissions et des emballages recyclables qui se rendent réellement à l’usine de recyclage ?

Via Singularity Hub

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.